Le ministre algérien des Affaires étrangères chargé de l’Afrique et de la Ligue arabe, Abdelkader Messahel, affirme que le Maroc «ne réussira pas à exclure la ‘RASD’ de l’Union africaine». Le responsable n’a pas révélé, pour autant, la manière dont son pays entend barrer la route au projet de Rabat.

«Il y a 33 ans, le Maroc a quitté son siège à l’organisation (OUA) et il souhaite désormais le récupérer. Par le passé, il n’a pas réussi à exclure le Polisario de l’UA», a-t-il indiqué dans de brèves déclarations à la chaîne Echourouk TV. De plus, Abdelkader Messahel s’est gardé de faire connaître la position officielle de son pays quant à la demande de l’adhésion du royaume à l’UA.

En marge du sommet Afrique-France, qui s’est déroulé mi-janvier au Mali, le chef du gouvernement algérien Abdelmalek Sellal avait confié à la presse que «le Maroc est assuré de son adhésion à l’Union africaine, et ce, avant même la tenue du sommet d’Addis-Abeba».

Maintenir le Polisario au sein de l’Union africaine sera le nouveau défi, au cours des années à venir, auquel s’attèleront les machines diplomatiques de l’Algérie et de l’Afrique du Sud.

 

26/01/2017