Grièvement blessé au dos par des tirs de l’armée algérienne, un jeune membre du Polisario a rendu l’âme à Tindouf. Récit d’un nouveau scandale.

Alors que l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU se trouve à Alger, afin de relancer le processus de négociations sur le Sahara, un nouveau scandale vient secouer la région. Autorités comme médias algériens n’en disent toujours rien et tentent de passer l’incident sous silence, mais les faits sont là: un jeune membre du Polisario a été mortellement blessé par des tirs algériens.

Tout a commencé quand Arabass Ould Abderrahmane Ould Yahdih, 22 ans, résidant au camp dit «Laâyoune» à Tindouf après avoir fait des études universitaires à Oran, a été victime de balles «amies» de l’armée algérienne. Les faits remontent au vendredi 22 juin dernier dans la localité de Talha Mohamed Laabid située dans une zone militaire à 40 km au nord de Tindouf, ville algérienne dans laquelle la victime a rendu l’âme, le lendemain, samedi, des suites de ses blessures graves, notamment au dos.

Le défunt se trouvait dans cette zone à la recherche de météorites. Particulièrement convoitées, ces pierres, qui se vendent dans le circuit informel, peuvent atteindre des sommes mirobolantes. Trouvé dans le désert marocain en 2011, un éclat de la planète Mars nommé «Black Beauty» s’est par exemple vendu 220.000 euros. Un tel gain en tente plus d’un dans les camps de Tindouf, où le chômage des jeunes Sahraouis n’a d’égal que la misère généralisée et l’absence de perspectives. Au risque de leur vie et face à une armée algérienne qui ouvre le feu sur tout ce qui bouge, y compris sur des civils sans armes. Arabass Ould Abderrahmane Ould Yahdih faisait d’ailleurs partie d’un groupe de jeunes qui, eux, ont réussi à prendre la fuite à bord d'un véhicule. Les rescapés ont été sommés par la direction du Polisario de ne pas ébruiter cette affaire, de peur de ternir la réputation de son allié inconditionnel et sponsor impénitent.

26/06/2018