1er forum africain de la formation professionnelle

La cité saharienne de Dakhla a abrité ce vendredi les travaux du 1er forum africain de la formation professionnelle, auquel les délégations de 20 pays africains ont participé, dont 13 ministres en charge de ce portefeuille, a constaté Le360, présent sur place.

Lors de la cérémonie d’ouverture de cette rencontre, le chef du gouvernement a insisté sur la nécessité d'une "innovation réelle" dans le développement des formations professionnelles, que l'Afrique "a besoin de développer afin de mieux s'adapter aux changements" que connaissent les secteurs primaire, secondaire et tertiaire dans l’économie des pays africains, actuellement en pleine mutation.

"Il y a des métiers qui disparaissent et il y a des métiers qui se créent et c'est pour cette raison que ce genre de rencontre est fortement utile", a poursuivi le chef du gouvernement, soulignant que la ville de Dakhla est devenue "un relais incontournable en matière de coopération Sud-Sud".

Le secrétaire d'Etat chargé de la Formation professionnelle, Mohamed El Gharass, a estimé de son côté que Dakhla constitue l’une des étapes d'un processus initié par le roi Mohammed VI pour "une large ouverture du Maroc vers l'Afrique, pour le partage des expériences [marocaines] avec le continent africain".

"En 2018, l'Etat marocain, a-t-il ajouté, a accordé une importance accrue à la formation professionnelle" a indiqué le secrétaire d’Etat en citant en exemples les récents messages du souverain à ce sujet et la dernière réunion tenue par le roi Mohammed VI sur ce thème précis avec des membres du gouvernement.

Le ministre délégué chargé de la Coopération africaine, Mohcine Jazouli, a abondé dans ce sens, ajoutant que le Maroc a un "rôle important à jouer dans la formation professionnelle, un rôle qu’il a démontré sur le continent africain".

Lors de cette rencontre de Dakhla, six conventions ont été signées entre le Maroc, d’une part et, d’autre part, le Burkina Faso, Djibouti, Madagascar, le Mali, le Tchad, et la Guinée Bissau. Le but de ces accords est de promouvoir dans ces pays de nouveaux cycles de formation professionnelle.

Et selon Mohamed Methqal, directeur général de l'Agence marocaine de coopération internationale, le Maroc s’apprête à augmenter le nombre d’octroi de bourses d’études à ces pays.

23/12/2018