Africa Eco Race

ès l’annonce de son 11e édition, le rallye Africa Eco Race et son étape saharienne font couler beaucoup d’encre. Après les informations sur une éventuelle incursion du Front Polisario à El Guerguerate, relayées par des médias marocains et démenties par le Polisario, voilà que les médias de ce dernier se réjouissent de «l’annulation de la sixième étape qui devait transiter par El Guerguerate».

Le Polisario évoque l’annulation de l’étape saharienne

«Selon les informations consultées, les organisations ont expliqué l’annulation par les mauvaises conditions météorologiques. Ils n’ont pas précisé si le rallye continuerait son chemin vers la Mauritanie ultérieurement ou pas», écrit lundi Futuro Sahara.

Celui-ci indique, par ailleurs, que des jeunes sahraouis ont menacé de bloquer le chemin aux participations à ce rallye, en protestation aux «restrictions menées par les autorités marocaines qui les privent d’emploi». «Futuro Sahara n’a pas pu vérifier les enregistrements audio de ces jeunes», poursuit le média proche du Polisario.

Il rappelle aussi que des Sahraouis avaient protesté à El Guerguerate durant les derniers mois, «au point que le passage frontalier a été bloqué, ce qui a causé des pertes économiques conséquentes au Maroc». L’occasion aussi de relayer les propos d’un haut responsable du Front Polisario, qui avait démenti la semaine dernière toute incursion d’éléments armés du Polisario à la veille du passage de l’Africa Eco Race, relayée auparavant par des médias marocains.

Mais sur la page Facebook du rallye, aucune information ne fait état de l’annulation de la sixième étape qui devait relier, lundi 7 janvier, Dakhla et la ville mauritanienne de Chaami, soit près 559,93 km.

Dakhala-Timazine a été maintenue selon Africa Eco Race

«Pour des raisons liées à la météo et pour la sécurité des concurrents, la direction de course de l'Africa Eco Race a pris la décision d'annuler la spéciale du jour», indique la page officielle du rallye lundi. Les organisateurs précisent plus loin que «la première étape mauritanienne [a été] annulée».

En effet, si le parcours initial relie Dakhla à Timazine (située en Mauritanie), c’est la spéciale du jour, censée relier cette ville et Chami sur un tronçon de 176,57 km, qui a finalement été annulée.

Contacté ce mardi par Yabiladi, Thierry Scharff, du service de communication de l’Africa Eco Race, nous précise que «le passage au niveau des frontières entre le Maroc et la Mauritanie s’est très bien passé». «Comme on a l’habitude des formalités administratives depuis trois ans, tout le monde avait son visa dès dimanche à 19h», nous précise-t-il.

«Le seul souci [qu’il y a eu], c’est le problème technique avec les trois hélicoptères. Ils étaient cloués au sol à Dakhla suite à une interdiction de décoller par l’aviation civile, en raison d’un manque de visibilité relatif aux conditions météorologiques», explique notre interlocuteur. Il ajoute que les trois engins «n’ont pas pu rejoindre le rallye hier mais ils le feront ce mardi pour que la course puisse reprendre».

08/01/2019