Messahel Abdelkader et Lindiwe Sisulu

La position de Pretoria vis-à-vis de la question du Sahara marocain, est dictée par une vision rétrécie qui trouve ses références dans un vieux discours, datant de la guerre froide, et totalement en déphasage avec les réalités, aussi bien politiques qu’économiques d’aujourd’hui. Ce constat, par ailleurs évident, a été maintes fois et à différentes occasions exprimé, jusqu’à trouver écho à l’intérieur même du pays de Mandela, et sur les colonnes de sa propre presse. 

 

En effet, l’influent journal sud-africain, Daily Maverick, a critiqué, ce mardi, l’acharnement de l’Afrique du Sud contre l’intégrité territoriale du Maroc, estimant que le gouvernement de Pretoria, conduit par le parti de l’ANC, préfère aborder la question du Sahara marocain sous le prisme de la guerre froide.

Sous le titre «le Maroc, le Sahara et la boussole morale inversée de l’Afrique du Sud», le quotidien a donné un aperçu historique de cette question, avant de mettre en avant les derniers développements consacrant l’intégration des provinces du sud au sein de la mère-patrie, le Maroc.

Sur le plan politique, l’auteur de l’article s’est arrêté en particulier sur le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) en 2017, soulignant que ce retour a eu pour effet de réduire considérablement le soutien dont disposaient les séparatistes du polisario dans le continent africain.

Seule une minorité de pays reconnaissent à présent l’entité fantomatique auto-proclamée à Tindouf, dans le sud-ouest de l’Algérie, indique le journal.

Les avancées marocaines 

Revenant sur la position sud-africaine sur cette question, le quotidien s’interroge si les avancées du Maroc en Afrique, en particulier dans le domaine des investissements, ne dérangent l’Afrique du Sud. Les derniers développements semblent indiquer que «la marée se déplace dans une direction différente de celle de Pretoria», observe le journal.

«Le Maroc est un investisseur de plus en plus actif en Afrique, avec une forte présence dans le secteur bancaire de plus de 20 pays», souligne la publication sud-africaine.

Le Daily Maverick n’a pas manqué de mettre en avant «l’impressionnant taux de développement et de croissance économique» que connaissent les provinces du sud marocaines, citant des infrastructures portuaires florissantes, des réseaux routiers développés et un tissu industriel en pleine expansion.

Ces développements ne semblent pas impressionner le gouvernement sud-africain qui campe sur ses positions soutenant un groupe séparatiste pour des considérations se rapportant à un attachement à «des principes» révolus, note le journal, soulignant que durant les 40 dernières années, le Maroc a enregistré énormément de progrès.

Le Royaume a déployé des investissements substantiels dans la région du Sahara, notamment dans l’aménagement urbain, l’enseignement, la santé, les infrastructures sportives, les routes, l’extension du réseau de distribution de l’eau potable, les énergies renouvelables, la culture et les infrastructures portuaires et aéroportuaires, indique le Daily Maverick.

Une présence qui dérange

Aujourd’hui, le Maroc est un pays qui réalise d’important progrès sur la voie de la modernisation sociale et économique, un pays qui se démarque dans une région troublée, enchaîne la publication.

Entre temps, l’Algérie demeure le mentor du polisario pour des raisons qui ne peuvent en tout cas pas être liées à un quelconque souci de défense des droits de l’homme, un domaine où Alger a, au mieux, un bilan incertain, souligne le journal.

Pour l’auteur de l’article, le souci de rivalité avec le Maroc qui anime l’Algérie est au cœur du conflit crée autour de l’intégrité territoriale du Royaume.

Et le journal de souligner que l’Afrique du Sud ferait bien d’examiner minutieusement l’ampleur des changements survenus dans la région, relevant que les avancées réalisées par le Maroc dans de nombreux secteurs offrent d’importantes opportunités de coopération entre Rabat et Pretoria.

Le quotidien cite le domaine du transport aérien et le secteur de l’industrie aéronautique réussi du Maroc. Le renforcement des liens avec le Maroc, une puissance économique continentale, présente des avantages réels et certains pour l’Afrique du Sud, conclut le journal

26/02/2019