La nouvelle laverie de Phosboucraâ située dans la ville d’El Marsa (Laâyoune) disposera d’une capacité de 3 millions de tonnes par an, selon des données fournies par la filiale du groupe OCP.

La laverie de Phosboucraâ, dont la seconde phase de construction a été lancée en février dernier, sera composée d’une unité de traitement des boues de lavage et de recyclage des eaux de lavage, constituée de deux décanteurs de boues, avec une digue d’épandage de 40 hectares.

 

La nouvelle structure assurera le traitement des boues de lavage, leur stockage en digue d’épandage et la récupération des eaux.

 

Dans le cadre de son programme de développement industriel, le site de Phosboucraâ a introduit en janvier dernier le stockage intermédiaire du produit lavé, permettant une séparation entre les opérations de valorisation et de séchage.

 

Les eaux de drainage récupérées dans des bassins aménagés, estimées à plus de 80 km3/an, seront réutilisées dans la nouvelle laverie pour réduire davantage la consommation d’eau douce de rinçage produite par le dessalement d’eau de mer.

 

Une nouvelle station de dessalement à Laâyoune

Sur le modèle de la station de dessalement (la plus grande au Maroc) qui alimente la plate-forme industrielle de Jorf Lasfar, le groupe prévoit à Laâyoune la construction d’une seconde station d’une capacité de 7,5 millions de m3.

 

Elle permettra de satisfaire les besoins en eau du programme de développement industriel du site Phosboucraâ, en complément de la station actuelle de dessalement par osmose inverse, mise en service en 2005 avec une capacité de 1,2 million de m3.

 

Pour assurer une gestion intégrée et durable des ressources hydriques, OCP a mis en place un "Programme Eau" qui repose sur deux leviers: optimisation de l’utilisation de l’eau sur toute la chaîne de valeur (activités minières, transport, valorisation) et mobilisation des ressources en eaux non conventionnelles (eaux usées domestiques épurées et eaux de mer dessalées).

 

15/03/2019