Des informations exclusives parvenues à le360 depuis Rabouni font état de violents échanges entre vizirs de la pseudo-«rasd» qui, à la faveur d’une houleuse réunion du soi-disant «conseil de gouvernement», ont déballé leur linge sale. Révélations (très) croustillantes!

On en sait un peu plus sur les coulisses des «conseils de gouvernement» de la pseudo -«rasd». Celui, qui a été réuni le 6 avril, à Rabouni, a en tout cas été digne d’une querelle de chiffonniers. «Des altercations houleuses ont éclaté entre les différents cadres séparatistes, sous l’oeil impuissant du pseudo-premier ministre Mohamed El Ouali Akik», rapportent les sources de le360.

Tout a commencé lorsque «le ministre de l’intérieur, Mustapha Ali Sid El Bachir (Rguibat Labouihat), a déclaré son intention de maintenir les restrictions imposées aux déplacements des sahraouis à l’intérieur des camps». «Aucun responsable ne peut me faire changer d’avis», a-t-il défié.

Mais c’était sans compter sans «l’avis» de Batal Sid Ahmed, soi-disant «ministre de l’équipement», celui-là issu de Rguibat Lahcen Ouhmad, qui a quitté la salle en déclarant préférer «se ranger du côté du peuple».

«Je me demande comment le tortionnaire d’un peuple pourrait prétendre se ranger du côté de ce même peuple», lui a asséné son collègue de «l’information», le dénommé Hamada Salma Daf, qui (solidarité tribale oblige!) n’est autre que le cousin du soi-disant «ministre de l’intérieur», Mohamed Ali Sid El Bachir (ils sont tous deux issus de la même tribu Rguibat Labouihate).

Réponse du berger à la bergère. «Tu dois d’abord commencer par restituer aux Sahraouis, le troupeau de caprins et de camélins que tu as acquis dans le cadre d’un projet financé par les Etats-Unis, via le PAM (Programme alimentaire mondial: Ndlr), pour la production de viande au profit des Sahraouis», lui a décoché Batal Sid Ahmed, à juste titre d’ailleurs.

Suite à l’octroi par les Etats-Unis, via le PAM, au prétendu «ministre de l’information», de fonds pour l’acquisition de camelins et de caprins, ainsi que pour la production de fourrage, dans le cadre dudit projet pour la production de viande à distribuer à des prix symboliques aux sahraouis des camps, Hamada Salma Daf, qui a détourné à son propre profit le budget alloué à ce projet, a acheminé des camelins et des caprins lui appartenant à partir de la zone extra-muros du Sahara marocain pour les présenter aux bailleurs de fonds lors de la dernière cérémonie d’inauguration, avant de les reconduire au Sahara.

Mais passons, car ce combat de coqs tribaux ne s’est pas arrêté à ce stade de l’absurde. Il s’est trouvé qu’un autre vizir, celui-là de la «santé», ait mis aussi les pieds dans le plat. Le prétendu ministre de la «santé», Mohamed Lamine Daddi, Rguibat Oulad Moussa, est apparemment intervenu pour calmer Sidi Ahmed El Batal.

Mal lui en a pris. Il s’est vu ainsi inviter par El Batal à se taire tant qu’il s’est permis de céder une ambulance offerte, dernièrement, par une ONG espagnole, au profit de Salem Labsir (Rguibat Lamouadnine), «ministre de l’urbanisme et du peuplement des territoires libérés». Ce dernier en fait un instrument pour (suivez mon regard!) le commerce du pain entre la ville algérienne de Tindouf et les camps de Lahmada!

Fini ce déballage de linge très sale, Sidi Ahmed El Batal et Mohamed Lamine Daddi ont claqué la porte, ne laissant au prétendu «premier ministre» d’autre choix que de déclarer la séance levée!

13/04/2019