Peruvian Council of solidarity with the Sahrawi people

Le Conseil péruvien de solidarité avec la «rasd», basé à Lima, annonce avoir conclu, après une profonde révision de ses positions antérieures, à la non-viabilité des options du référendum et de l’indépendance. Détails.

 

Grand coup de théâtre en provenance des soutiens latino-américains de la «rasd». Le Conseil péruvien de solidarité avec la «rasd» annonce avoir conclu, au terme d’une profonde révision de ses positions antérieures, à la non-viabilité des options du «référendum» et de «l’indépendance» prônées par l’entité séparatiste, soutenue par Alger.

 

Joignant l’acte à la parole, l’ONG, présidée par l’universitaire Ricardo Sánchez Serra, affirme avoir changé de dénomination, devenant désormais: «Conseil péruvien de solidarité avec le peuple sahraoui» (en lieu et place de la «rasd»).

 

«Nous serons toujours en solidarité avec le peuple sahraoui», a assuré le président de l’ONG péruvienne. «Nous sommes très sensibles et mortifiés par l’avenir incertain des Sahraouis vivant à Tindouf (Algérie), qui vivent dans le désert le plus aride du Sahara depuis plus de 44 ans et dans lequel ils manquent de nourriture et de médicaments», explique-t-il.

 

Selon l’ONG, le polisario doit cesser de s’accrocher à l’option fossilisée, de surcroît irréalisable, de l’ «indépendance», et s’aligner sur la position du Conseil de sécurité "qui insiste sur la nécessité de parvenir à une solution politique réaliste, viable et durable au conflit du Sahara occidental, fondée sur un compromis".

 

«Nous devrions cesser de nous accrocher à des axiomes tels que le référendum et l'indépendance, qui, en raison de leur non-viabilité, ne faisaient que rallonger les souffrances du peuple sahraoui», exhorte le président de l’ONG, soulignant par ricochet le bien-fondé de l’offre marocaine d’autonomie.

 

«Nous pensons qu'il faut mettre fin à cette épreuve inutile et que les familles séparées depuis des décennies devraient être réunies, le plan d'autonomie proposé par le Royaume du Maroc et approuvé par le Conseil de sécurité étant le plus viable et le plus réaliste", plaide-t-il.

 

Et de conclure par cet appel: «les dirigeants du Front Polisario doivent mettre de côté leur égoïsme et leurs avantages et penser davantage au noble peuple sahraoui qui veut vivre en tant en paix, avec toutes les familles unies cherchant leur bien-être».

25/05/2019