togo maroc

Le Togo a réaffirmé, lors de la réunion du Comité des 24 des Nations-Unies qui se tient à New York, sa position favorable à l'initiative d'autonomie au Sahara, y voyant "une démarche constructive nécessaire" pour le règlement définitif de ce différend.

"Le Togo considère toujours l'initiative du Maroc de 2007 d’accorder une large autonomie à la région du Sahara comme une démarche constructive nécessaire à la résolution de cette question", a déclaré le représentant de ce pays ouest-africain à la réunion de cet organe subsidiaire de l'Assemblée Générale de l'ONU.

 Il a encouragé les autres parties à l’accueillir dans "un esprit constructif" afin de régler cette question.

 Le diplomate togolais a également assuré que son pays "soutient le processus politique en cours mené sous les auspices des Nations-Unies qui a pour finalité de parvenir à une solution politique négociée et mutuellement acceptable au différend régional sur le Sahara".

 Il a en outre salué "la pleine coopération" du Royaume du Maroc avec les instances multilatérales en vue de la résolution de ce conflit, soulignant que "les autorités marocaines ont toujours fait preuve de collaboration pour faciliter la rencontre entre l’Envoyé spécial du Secrétaire général et les représentants du Sahara".

 Le diplomate a également souligné les efforts du Maroc visant le développement de la région du Sahara, notamment les projets socio-économiques et d’infrastructures, ainsi que dans le domaine des droits de l’Homme.

 Pour le représentant du Togo, l’évocation du conflit du Sahara rappelle automatiquement le sort des populations dans les camps de Tindouf, qui "ne semble guère s’améliorer", ce qui reste "une source de préoccupation majeure".

 A cet égard, "mon pays en appelle à l’enregistrement de ces populations conformément au droit international, aux demandes du Haut Commissariat pour les réfugiés, et conformément aux résolutions du Conseil de sécurité adoptées depuis 2011 et aux recommandations du Secrétaire général de l’ONU dans son rapport sur la situation au Sahara", a-t-il conclu.

 

19/06/2019