Voiture Brule a Tindouf par les manifestants

Des jeunes manifestants non-encore identifiés par les milices du Polisario ont brûlé, dans la nuit du mercredi à jeudi, une voiture appartenant à la police du «camp Smara».  

 

Des médias locaux attribuent l’acte à un «groupe criminel». Pour sa part, le bureau de la communauté sahraouie installée en Europe n’hésite pas à accuser, dans un communiqué parvenu à Yabiladi, les «renseignements du Maroc d’être derrière cette escalade».

 

«Ce nouveau développement intervient juste après que des membres de la famille du disparu Moulay Abba Bouzeid aient tenu une réunion consacrée à l’examen des actions à prendre pour défendre les droits de leurs proche. Des jeunes, visiblement excédés par le refus de la direction du Front de révéler le lieu de détention de l’opposant, s’en sont d’abord pris au chef de la police du «camp Smara» et ensuite mis le feu à un véhicule de la police», nous confie une source ayant requis l’anonymat.

 

Etrangement, vingt-quatre heures après ses débordements, aucune arrestation n’a été entreprise. «Le Polisario ne veut pas alimenter la colère déjà vive des proches et de la tribu de l’activiste Bouzeid», explique notre source.

 

Et d’ajouter que «le contexte est déjà très tendu puisque la famille de l’opposant a lancé un dernier avertissement à la direction. Sans nouvelle de son fils, elle menace d’organiser un sit-in lundi prochain devant la représentation du Haut-Commissariat aux Réfugiés».

 

Or Moulay Abba Bouzeid a été enlevé devant ce même siège du HCR, le lundi 17 juin, alors qu’il dénonçait avec d’autres sahraouis la corruption des hauts cadres du Front.

05/07/2019