La 4ème Commission de l'Assemblée générale de l’ONU, a adopté, mercredi sans vote, une résolution réitérant son soutien au processus politique mené sous les auspices des Nations-Unies pour le règlement de la question du Sahara marocain, et appelé l'ensemble des parties à coopérer pleinement avec le Secrétaire général pour trouver une issue politique à ce différend régional.

La résolution appuie ainsi le processus basé sur les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, en vue de parvenir à une solution "politique juste, durable et mutuellement acceptable" à la question du Sahara marocain.

 

Le texte loue les efforts déployés dans ce sens, et invite toutes les parties à coopérer pleinement avec le Secrétaire général de l’ONU, et les unes avec les autres, afin d'avancer vers une "solution politique qui soit mutuellement acceptable".

 

La Commission s’est également félicitée que les parties se soient engagées à continuer de faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d’entrer, de bonne foi et sans conditions préalables, dans une phase de négociation plus intensive, en prenant note des efforts consentis et des faits nouveaux survenus depuis 2006, assurant ainsi l'application des résolutions du Conseil de sécurité.

 

A cet égard, la résolution fait référence aux résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, qui ont consacré la prééminence de l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc, saluée par l'Organe exécutif de l'ONU et l'ensemble de la communauté internationale comme étant une initiative sérieuse et crédible pour le règlement définitif de ce différend régional.

 

Le texte soutient également les recommandations des résolutions 2440 et 2468 adoptées respectivement en octobre 2018 et avril 2019 par le Conseil de sécurité, qui appellent à faire des progrès dans la recherche d’une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et basé sur le compromis.

 

A noter que les résolutions 2440 et 2468 ont également défini, une fois pour toutes, les participants au processus politique relatif à ce différend régional, à savoir le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario. En effet, la 2468 cite à cinq reprises les quatre participants ensemble.

 

Ces deux résolutions du Conseil de sécurité ont également réaffirmé la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie en tant que solution sérieuse et crédible à ce différend régional.

 

17/10/2019