La construction du port stratégique Atlantique-Dakhla sera entamée en 2020

Les appels d’offres pour la réalisation des travaux de construction et la maîtrise d’œuvre ont été lancés. Le chantier durera au moins 8 ans. Le port Atlantique-Dakhla permettra de dynamiser l'activité économique dans les provinces du Sud.

Après l'achèvement des nombreuses études de faisabilité menées depuis sa présentation fin 2012 dans le cadre de la stratégie portuaire 2030, le projet de construction du Port Atlantique Dakhla emprunte enfin la dernière ligne droite avant le démarrage de sa concrétisation.

 

La direction régionale Dakhla-Oued Eddahab du ministère de l’Equipement vient de lancer deux appels d’offres tant attendus. Le premier, avec présélection, est relatif à la réalisation des travaux de construction du port, le second à la maîtrise d’œuvre.

 

L’ouverture des plis est prévue les 7 et 19 novembre 2019. Si des offres sont retenues, il faudra au moins 8 ans, à partir de la date de notification du commencement du marché, pour que le projet soit achevé. Dans ce genre de projet, les glissements de calendrier sont fréquents.

 

Selon la note sur la répartition régionale de l’investissement accompagnant le projet de loi de Finances 2020, le démarrage des travaux de construction est prévu pour le deuxième trimestre 2020. Bien entendu, si le processus d’attribution se déroule normalement.

 

En tous les cas, le gouvernement a prévu dans le projet de budget 2020 une enveloppe de 1 milliard de DH pour le lancement du projet, sur les 10,2 milliards de DH qu’il devra coûter.

 

Consistance et capacités du port

Le nouveau port de Dakhla Atlantique sera situé à environ 40 km au nord de la ville, dans une zone relevant de la commune rurale El Argoub.

 

Les travaux, objet de l’appel d’offres relatif à la construction concerneront :

 

- Des ouvrages de protection d’une longueur d’environ 6700 ml dont une partie à -17 m/zh (digues principale et secondaire)

 

- Des ouvrages d’accostage (quais de commerce, quai de service, quais d’avitaillement et de stationnement pêche, quais de débarquement pêche, quai réparation navale) :

 

*660 ml de quais à -16m/zh ;

 

*1800 ml de quais à -12m/zh ;

 

*100 ml de quais de service ;

 

*1 poste pétrolier 120 ml à -16m/zh.

 

- Un pont maritime reliant le port îlot à la terre sur 1200 ml sur des profondeurs en mer allant jusqu’à -12 m/zh et d’une route d’accès sur environ 6 km.

 

- Des terre-pleins : 60 ha à des profondeurs allant de -12 à -16m/zh pour lesquels les travaux se limiteront aux travaux de remblaiement, stabilisation et éventuelle consolidation et ce, dans un objectif que la superstructure et l’aménagement des terre-pleins seront réalisés par le futur concessionnaire.

 

(Plan de masse du futur port)

 

Selon une note du ministère de l’Equipement remontant à 2015, le port servira à la fois à la pêche et au commerce de marchandises.

 

Les trafics prévisionnels pour les premières années sont estimés à 2,2 millions de tonnes pour les marchandises, ce qui est honorable pour un début, mais loin derrière Casablanca et Tanger Med. Pour la pêche, les quantités de produits de la mer qui seront débarqués sont estimés à 950.000 T.

 

Voici les prévisions du trafic maritime du port de commerce :

 

*Entrant: 1.500.000 T

 

*Sortant: 700.000 T

 

*Total: 2.200.000 T dont 100.000 EVP.

 

*Trafic entrant dominant : approvisionnement usines et population ; carburant ; ciment clinker.

 

*Trafic sortant dominant : produits de la mer et produits maraîchers.

 

Soutenir le développement de la région

Le nouveau port Atlantique Dakhla revêt une importance stratégique pour la région. D’ailleurs, le gouvernement lui a réservé une direction autonome provisoire au sein du ministère du Transport et de l'Equipement.

 

La région bénéficiera de l’expérience éprouvée du Maroc après le succès de Tanger Med. Le port animera l’économie des provinces du Sud, améliorera la connectivité maritime du pays et constituera un point d’entrée/sortie stratégique, notamment avec le reste du continent africain.

 

Selon le document de l’appel d’offres pour sa construction, le port permettra de :

 

- soutenir le développement économique, social et industriel dans tous les secteurs productifs (pêche, agriculture, mines, énergie, tourisme, commerce, industries manufacturières…etc.) dans la région de Dakhla-Oued Eddahab ;

 

- doter cette région d’un outil logistique moderne et évolutif, à la hauteur de ses ambitions de développement ;

 

- valoriser la ressource halieutique en mettant en place des infrastructures portuaires et des espaces industriels bord à quai offrant les meilleures conditions de compétitivité à l'ensemble de la filière pêche.

 

25/10/2019