Tinouf

La plupart des bureaux de vote pour élire les congressistes au 15e congrès du Front Polisario, dans le camp de Rabouni ont connu ce mercredi une faible participation des sahraouis, rapporte le média pro-Polisario Futuro Sahara.

La même source a attribué la raison de cette abstention au «désespoir ressenti par les habitants des camps» quant à «tout changement souhaité par ce congrès». Le média ajoute que cette réticence est un message aux dirigeants du mouvement séparatiste que les habitants des camps «ne sont plus concernés par les pièces théâtrales de la direction et qui visent à réélire les mêmes visages ayant dominé la scène politique pendant plus de quatre décennies». Des «responsables ayant mis la question dans une situation de gel depuis 1991», fustige Futuro Sahara.

Le chef du mouvement séparatiste, Brahim Ghali avait précédé la convocation de ce congrès qui se tiendra le 19 décembre prochain en nommant un certain nombre de dirigeants de la première génération au sein du comité chargé de préparer une feuille de route pour la conférence, afin de préserver sa position.

Le comité comprenait 27 personnes, dont la plupart appartenaient à la vieille garde du front séparatiste, qui y assumaient des responsabilités depuis les années 1970, notamment Khatri Addouh, «président du Parlement du Polisario» et Bachir Mustafa Sayed, frère du fondateur du front, qui supervise la coordination avec les séparatistes de l’intérieur.

Il s’agit également Abdelkader Taleb Omar, représentant du POlisario à Alger, Abdellah Al Habib, qui occupe le poste de «ministre de la Défense», en plus de son prédécesseur, Mohamed Lamine Ould El Bouhali, qui a préféré surmonter ses divergences avec Brahim Ghali, pour les intérêts de la tribu Rguibat.

21/11/2019