Quand le Polisario soutient Ould Abdel Aziz dans son conflit avec Ghazouani

Le Polisario ne rate plus la moindre occasion de s’en prendre à l’actuel président mauritanien. La conférence de presse tenue jeudi dernier par Mohamed Ould Abdel Aziz a servi de rampe de tir aux médias séparatistes en vue d’orienter encore une fois leurs balles sur Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani.

Et dire que Ghazouani vient de recevoir, voici à peine un mois, le prétendu ministre des Affaires étrangères du Polisario, une audience dont la photo a été instrumentalisée à grande échelle par les médias algériens! Mais ce ne fut pas suffisant pour dissimuler le grand malaise qui ronge le Polisario depuis plusieurs mois, et dont les pseudo-leaders ne tiennent plus en place depuis l’élection de Ghazouani, jugé comme un adversaire, et désormais à la tête de l’Etat mauritanien. Le malaise est tel, que Ould Abdel Aziz, alors même qu'il avait déclaré, à l’approche de la fin de son mandat, que personne, les puissances occidentales en tête, ne voulait d’une entité entre la Mauritanie et le Maroc, trouve pourtant toujours grâce aux yeux du Polisario.

Une preuve de ce malaise vient d’être administrée par les médias polisariens, qui n’ont pas hésité à s’ingérer dans une affaire strictement mauritano-mauritanienne, en ne retenant de la récente conférence de presse de Ould Abdel Aziz qu’une phrase au détour de laquelle il a insinué que Ghazouani, sans toutefois qu'il ne soit jamais cité, lui a enlevé «son» parti politique, l’Union pour la république (UPR). Il est utile de rappeler à ce propos que quasiment tous les militants et élus de ce parti majoritaire à l’Assemblée nationale, et autres Conseils régionaux et communaux, ont rejoint en bloc le nouveau locataire du palais gris, et ouvertement renié son prédécesseur.


Pire encore, l’ex-homme fort de la Mauritanie, dont le Polisario feint d’être nostalgique, est tout simplement devenu un pestiféré dans le pays qu’il avait pourtant mis sous sa botte (l’expression est de Ould Abdel Aziz lui-même), et ce, pendant 11 longues années. Il y a tout juste six mois, il était encore inimaginable qu’un hôtel de la capitale refuse catégoriquement de lui abriter une conférence de presse, ou qu’une chaîne de télévision, parmi la dizaine que compte le pays, se dérobe pour la diffuser en direct.

Devant un groupe de journalistes locaux, et indépendants, qu’il a invités à un banquet dans sa nouvelle villa, bien entendu cossue, mais qui ont été intraitables dans leurs questions quasi-accusatrices, Ould Abdel Aziz a voulu transmettre un seul message: il a affirmé qu’il était «regrettable», «contraire à la loi» et que c'était là «une violation de la constitution», le fait que le nouvel exécutif fasse main basse sur l’UPR. Un constat bien amer, qui lui fait reconnaître que toute velléité de sa part d’influencer son successeur, de revenir un jour au pouvoir ou de briguer un poste politique quelconque, voire de vivre tranquillement en Mauritanie, relèvent désormais de l’impossible. Surtout que juste avant qu'il ne donne conférence de presse, des manifestants l’accusant d’être le cerveau de l’arnaque immobilière qui a dépossédé des milliers de Mauritaniens de leurs biens, se sont bruyamment rassemblés devant son domicile.


Non content d'avoir misé sur le mauvais cheval à travers cette nouvelle tentative de porter atteinte à Ghazouani, le Polisario a également eu l’outrecuidance d’affirmer que l'actuel président mauritanien avait envoyé un ancien ministre qui avait exercé ses fonctions sous l'un des mandats de Ould Abdel Aziz, afin qu'il le représente au Congrès qu’organise actuellement la bande de Brahim Ghali. En tout cas, si le sieur Sidi Ould Zeine, ancien ministre éphémère de la Justice sous Aziz, était bien présent à ce congrès, la presse officielle mauritanienne n’a pas du tout évoqué sa présence,  alors que les sites et les médias privés de Nouakchott sont, quant à eux, restés dubitatifs sur ce pseudo-représentant de Ghazouani. En citant des sources du Polisario, ils ont laissé sous-entendre que cela pourrait tout simplement relever d'un désir de propagande de ces séparatistes, lequel vise constamment à essayer de bousculer la position de neutralité que la Mauritanie tente de maintenir entre le Maroc et l’Algérie, dans le conflit créé autour du Sahara.

22/12/2019