Le polisario sort des blindés pour terroriser des manifestants sans défense

Le polisario a déployé des blindés de type BMP1 autour de son "secrétariat général", pour terroriser des sahraouis issus de la tribu Oulad Tidrarine sortis protester, dans la matinée de ce samedi 18 janvier, contre le relâchement déguisé en «évasion» d’un dangereux criminel. Les détails.

Une trentaine de sahraouis issus de la tribu Oulad Tidrarine a observé, ce samedi 18 janvier, à partir de 13 heures, un sit-in devant le siège du «secrétariat général» du polisario, à Rabouni, rapportent les sources de le360.

Ce sit-in intervient six jours après un premier observé au coeur dudit « secrétariat général » du front séparatiste, après que des manifestants parmi 70 autres issus des Oulad Tidrarine aient réussi à y faire incursion, en scandant des slogans accusant la «Isaba» de Rabonni de soutenir «le terrorisme», sur fond de colère contre l’évasion programmée de la prison de sinistre réputation, du dénommé Didi Ould Otmane Bamba, issu de la tribu des Oulad Dlim condamné en 2004 à perpétuité pour meurtre d’un jeune Oulad Tidrarine.

Fait curieux, des blindés de type BMP1 ont été déployés ce samedi autour dudit «secrétariat général» du polisario, peints au couleurs de la soi-disant «gendarmerie sahraouie», pour terroriser le commun des manifestants civils sans défense, apportant ainsi la preuve de son mépris envers les protestataires, notamment la famille éplorée du défunt et la tribu dont est issu la victime tuée par un criminel notoire de la tribu Oulad Dlim, nommé Didi Ould Otmane Bamba.

Des blindés sortis donc par le front de la terreur, et des nervis surarmés arrivés sur les lieux à bord de 4X4, pour mater des manifestants pacifiques, et dont la seule revendication est de demander simplement la vérité sur les tenants et aboutissants de cette "évasion" et condamner les responsables séparatistes ayant facilité cette fuite.

19/01/2020