La dynamique d'ouverture des consulats se poursuit en dépit des pressions et des communiqués de prot

La dynamique d'ouverture des représentations diplomatiques dans les provinces du Sud du Maroc se poursuit à un rythme soutenu "en dépit des pressions, des communiqués et des convocations d'ambassadeurs", a affirmé vendredi le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita.

Le soutien à la marocanité du Sahara ne cesse d'accroître et émane de toutes les régions d'Afrique, a indiqué le ministre lors d'un point de presse conjoint avec son homologue du Burundi Ezechiel Nibigira, à l'occasion de l'ouverture du consulat général de ce pays à Laâyoune.

 

C'est la preuve, a-t-il dit, de la crédibilité de la position marocaine basée sur la légalité internationale et les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

 

"Malheureusement, a-t-il déploré, un Etat fait cavalier seul et s'inscrit en porte-à-faux de cette orientation, ce qui démontre son implication et sa responsabilité directe dans ce dossier", constatant également que ce "pays" a érigé la question du Sahara comme la "priorité numéro un de sa diplomatie".

 

M. Bourita a fait savoir que l'ouverture de ces consulats à Laâyoune et Dakhla constitue une décision souveraine de ces pays africains et un acte conforme à la légalité internationale et allant "dans le sens de l'histoire".

 

Le ministre des Affaires étrangères a salué, à cette occasion, le soutien du Burundi à la marocanité du Sahara que ce soit au sein de l'ONU ou au Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine que ce pays a présidé le mois dernier.

 

Il s'est également félicité de l'évolution remarquable des relations de coopération entre les deux pays depuis la décision "souveraine" prise par le Burundi en 2010 de retirer sa reconnaissance à la fantomatique "RASD" et d'ouvrir en 2015 une ambassade à Rabat.

 

Le ministre a réitéré la détermination du Royaume à renforcer sa coopération avec le Burundi dans tous les domaines pour aider ce pays à "surmonter les moments difficiles qu'il a vécus durant les dernières années".

 

Une mission d'experts marocains se rendra prochainement à Bujumbura pour identifier les axes de la coopération future entre les deux pays ainsi que les possibilités d'établir des jumelages entre villes marocaines et burundaises, a-t-il dit.

 

M. Bourita a fait part dans ce cadre de la décision du Maroc d'augmenter le quota des bourses affectées aux étudiants burundais pour leur permettre de suivre leur formation dans les instituts établis à Laâyoune et dans d'autres régions du Royaume dans les domaines jugés prioritaires pour l'avenir du développement et du progrès de leur pays .

 

Le Burundi est devenu vendredi le 6ème pays à avoir ouvert un consulat à Laâyoune après l'Union des Comores, la Côte d'Ivoire, Sao Tomé-et-Principe, le Gabon et la République centrafricaine.

 

28/02/2020