La publication au Bulletin officiel de la délimitation des eaux territoriales du Maroc fait enrager

Les lois complémentaires délimitant les eaux territoriales marocaines et sa zone économique exclusive ont été publiées au Bulletin officiel le lundi 30 mars 2020. Le Polisario a surfé sur la réaction du gouvernement régional des Canaries dans l’espoir de créer un foyer de contestation en Espagne.

Les lois n° 37.17 modifiant et complétant le dahir portant loi n° 1.73.211 du 2 mars 1973 fixant la limite des eaux territoriales, et n° 38.17 modifiant et complétant la loi n° 1.81 instituant une zone économique exclusive de 200 miles marins, ont été publiées au Bulletin officiel du lundi 30 mars 2020. Désormais l’espace maritime du Maroc, surtout sur toute sa façade atlantique, est délimité sous la souveraineté du royaume.

 

Il n’en a pas plus fallu pour que l’Algérie réagisse à cette décision souveraine du royaume du Maroc en incitant le Polisario à lancer des cris de protestation. Ainsi, et selon une dépêche de l’Agence officielle algérienne de presse (APS) datée du 31 mars et prétendument publiée par son bureau de Madrid, c’est «le représentant sahraoui dans l'Etat espagnol, Abdulah Arabi» qui lui aurait adressé une déclaration dans laquelle il dénonce la publication des lois délimitant l’espace maritime marocain au Bulletin officiel.  

 

Selon lui, la décision marocaine doit être considérée comme une violation «des résolutions des organisations internationales». Lesquelles? Le prétendu «diplomate sahraoui» ne les identifie pas, et se contente de citer les argumentaires très minoritaires d’une poignée de députés européens, connus pour leur proximité intéressée avec les dirigeants algériens, et enrôlés dans le seul objectif de porter atteinte à l’intégrité territoriale du Maroc et de nuire à sa coopération multiforme avec l’Union européenne.

 

A court d’arguments, le sahraoui d’Espagne ne trouve pas mieux que cette accusation gratuite: «au milieu d'une crise sanitaire internationale provoquée par la propagation rapide du coronavirus, le Maroc a profité de l'état d'alerte dans les pays pour franchir une nouvelle étape dans son aventure expansionniste dans la région», oubliant ainsi que ces lois ont été votées par le Parlement marocain depuis plusieurs mois.

 

 

Ce «représentant sahraoui dans l'Etat espagnol» a réagi via l’APS bien avant que les autres dirigeants du Polisario actuellement confinés à Tindouf, et déconnectés des camps de Lahmada, ne se manifestent. Mais si Alger a activé un sahraoui d’Espagne, c’est dans un but précis: surfer sur la vague de protestations en provenance des îles Canaries.

Considérant que le gouvernement régional des Canaries a contesté la démarche souveraine du Maroc auprès du gouvernement espagnol, Alger a décidé que la réaction du Polisario devait se faire d’abord à partir de Madrid. Le gouvernement régional des îles Canaries a en effet demandé, mardi, davantage de «fermeté» à l’exécutif central espagnol vis-à-vis du Maroc, suite à la publication au Bulletin officiel des deux lois adoptées par le Parlement marocain sur la délimitation de l'espace maritime.

 

Cette question a fait l’objet d’un entretien téléphonique entre le président canarien, Ángel Víctor Torres, et la cheffe de la diplomatie espagnole, Arancha González Laya. Or cette dernière, pour avoir été régulièrement en concertations avec son homologue marocain, Nasser Bourita, a déjà reconnu, le 24 janvier dernier à Rabat, que «le Maroc a le droit de délimiter sa zone maritime internationale». Et d’ajouter: «en accord avec l'autre pays et en respectant les règles et normes de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer».

 

 

Sur la foi d’un communiqué du gouvernement régional des Canaries, publié mardi dernier, Arancha González Laya aurait donné des garanties quant à la défense des «droits des îles Canaries», affirmant qu’«il n'y aura pas de décision unilatérale du Maroc sur la délimitation de ses eaux territoriales, encore moins si cette décision affecte l'espace maritime des îles Canaries». On comprend mieux, dès lors, l’opportunisme d’Alger qui veut s’arrimer aux protestations du gouvernement des Canaries en ajoutant au concert des contestations la voix inaudible d’un sahraoui, résidant en Espagne.

02/04/2020