Pierre Galand

La série de questions écrites de la part d’eurodéputés sur les détournements d’aides européennes destinées à la population des camps de Tindouf, irrite la direction du Polisario et l’Algérie. Après la mise au point de l’ambassadeur algérien en Belgique, Amar Belani, publiée le 23 juillet dans un média belge, c’est au tour du Belge Pierre Galand, de prendre le relais.

 

Dans une lettre adressée à l’eurodéputé Olivier Chastel du Mouvement des réformateurs, le président de la Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO) rejette en bloc toutes les accusations portées par le parlementaire contre le Front et Alger, les qualifiant de «sans fondement». «Elles n’existent que dans la presse proche du régime marocain (…) afin de nuire à l’image du Polisario, l’unique représentant légitime du peuple sahraoui», a-t-il écrit.

 

Dans sa missive, Galand n’a pas oublié de défendre l’Algérie. Et pour cause, dans sa question écrite, Olivier Chastel a demandé à la Commission européenne de trouver une solution à la taxe de 5% imposée par l’Algérie sur le montant de l’aide destinées aux Sahraouis des camps de Tindouf.

 

 

15/08/2020