La RDC souligne que le processus des tables-rondes est le mécanisme "le plus approprié" pour une sol

Le processus des tables-rondes, mis en relief par le Conseil de sécurité de l'ONU dans ses deux dernières résolutions, y compris la 2548 adoptée le 30 octobre 2020, est le mécanisme "le plus approprié" pour aboutir à une solution politique consensuelle au différend régional sur le Sahara marocain, a souligné mardi la République Démocratique du Congo (RDC), devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU.

"Ma délégation soutient le processus en cours, tenu sous les auspices exclusifs du Secrétaire général des Nations Unies, visant à parvenir à une solution politique, mutuellement acceptable par tous et négociée par les principales parties prenantes", a déclaré le représentant de la RDC devant la Commission.

"Nous sommes convaincus qu’un climat de concorde dans cette sous-région passe également par un dialogue constructif et inclusif entre les acteurs qui sont directement impliqués dans ce différend de longue date", a souligné le diplomate congolais.

"Ainsi donc, c’est ici le lieu de reconnaître tous les mérites du processus des tables-rondes (…) comme le mécanisme le plus approprié en vue d'une solution de la question du Sahara", a-t-il dit.

De son côté, l’île Maurice a exprimé son soutien au "processus de négociation engagé par le Conseil de sécurité en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable" au différend régional sur le Sahara.

"Nous saluons également les efforts déployés par le Secrétaire général de l’ONU pour résoudre ce différend", a déclaré le représentant de ce pays devant la Commission.

03/11/2020