Ismaïl Chergui, commissaire à la Paix et à la sécurité de l'UA.

Quelques semaines avant de céder les commandes de la Commission Paix et Sécurité de l’Union africaine, Smail Chergui multiplie les sorties médiatiques sur la question du Sahara occidental. Après ses déclarations à France 24, il vient d'accorder une interview au quotidien algérien El Khabar parue dans son édition du 21 décembre.

Répondant à une question sur les ouvertures de consulats à Laayoune et Dakhla, il a rappelé que l’UA a invité les parties «à s’abstenir de tout acte susceptible d’aggraver la situation dans le territoire du Sahara occidental».

«Le secrétaire général de l’ONU aurait dû saisir le conseiller juridique en vue d’émettre un avis juridique concernant l’ouverture de consulats et de représentations diplomatiques dans un territoire non autonome.»
Smail Chergui

Ces sorties ne sont pas dénuées de calculs personnels. Chergui lorgne en effet le marocain du ministère des Affaires étrangères à la place de Sabri Boukadoum. Chergui n’est, d’ailleurs, pas le seul en course. Ramtane Lamamra, l’ancien chef de la diplomatie et ex-Commissaire à la Paix et la sécurité de l’Union africaine, est également pressenti pour succéder à Boukadoum.

 

22/12/2020