Le soutien international à l’initiative d’autonomie augure d’une nouvelle ère de paix et de prospéri

Les participants à la Conférence ministérielle de soutien à l’initiative d’autonomie sous la souveraineté du Maroc, tenue virtuellement vendredi, ont souligné que le large soutien international à l’initiative marocaine d’autonomie ouvre la voie à une nouvelle ère de paix et de prospérité pour toute la région.

 

Intervenant à cette conférence, à laquelle ont participé 40 pays, dont 27 au niveau ministériel, le ministre des Affaires étrangères du Gabon, Pacôme Moubelet Boubeya, a souligné que le large soutien international à l’autonomie “constitue une opportunité historique qui ouvre la voie à une nouvelle ère de paix, de stabilité et de prospérité pour la région”.

 

La récente décision des Etats-Unis de reconnaître la souveraineté du Maroc sur l’ensemble de son Sahara, offre de “grandes opportunités” de croissance et de prospérité pour l’Afrique, a-t-il dit.

 

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères du Guatemala, Pedro Brolo Vila, a rappelé que son pays a “toujours soutenu le plan d’autonomie” du Maroc en tant qu’initiative “sérieuse et crédible” pour parvenir à une solution politique durable et mutuellement acceptable au conflit régional sur le Sahara.

 

Le plan d’autonomie est l’unique solution qui répond au principe d’autodétermination a, de son côté, indiqué son collègue zambien, Joseph Malangi, qui a qualifié l’initiative marocaine de seule base à même de parvenir à une solution à ce conflit régional, et d’instaurer une nouvelle ère de stabilité et de prospérité dans la région.

 

De son côté, Christophe Farnaud, Directeur du département Afrique du Nord et Moyen-Orient au ministère français des Affaires étrangères, a relevé que le conflit autour du Sahara “n’a que trop duré”, avertissant que ce conflit constitue un “grand risque” de tensions.

 

“Ceci, a-t-il expliqué, a été souligné lors des derniers évènements à El Guergarat suite au blocage par le polisario du point de passage avec la Mauritanie”, ce qui met en avant l’importance d’une solution politique.

 

La France a toujours soutenu les efforts visant à parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable sous l’égide des Nations unies, et conformément aux résolutions du Conseil de sécurité, a dit M. Farnaud, rappelant la position de Paris qui considère l’initiative marocaine d’autonomie comme une base “sérieuse et crédible” pour une solution négociée.

 

De son côté, le ministre émirati des Affaires étrangères, Abdallah ben Zayd Al Nahyan, a réitéré la position ferme et constante de son pays aux côtés du Maroc dans les forums internationaux, notamment sur la question du Sahara, rappelant le soutien des Emirats Arabes Unis à l’action du Maroc pour protéger la sécurité et l’intégrité de ses territoires.

 

Même son de cloche chez le ministre d’Etat qatari aux Affaires étrangères, Soltan ben Saad Al Muraikhi, qui a rappelé le soutien du Qatar aux “causes justes” du Royaume, partant du principe de fraternité, d’amitié et de solidarité agissante entre les deux pays.

 

La conférence ministérielle, co-présidée par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et le secrétaire d’Etat adjoint US en charge des questions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord, David Schenker, a été l’occasion pour la majorité des pays participant d’exprimer leur fort appui à l’Initiative marocaine d’autonomie comme seule base pour une solution juste et durable au conflit régional du Sahara.

 

Les participants se sont engagés, selon une Synthèse des Présidents rendue publique à l’issue de la Conférence, à continuer à plaider en faveur d’une solution se basant uniquement sur l’Initiative marocaine d’Autonomie pour la résolution du conflit du Sahara.

 

 

16/01/2021