Ricardo Díez-Hochleitner Rodríguez, ambassadeur d'Espagne au Maroc.

Ricardo Díez-Hochleitner Rodríguez, ambassadeur d’Espagne au Maroc, a été reçu ce samedi 24 avril au ministère marocain des Affaires étrangères, suite à l’accueil par les autorités espagnoles du chef du Polisario, Brahim Ghali, admis dans un hôpital à Logroño sous une fausse identité.

 

L’ambassadeur du Royaume d’Espagne, accrédité au Royaume du Maroc, a été reçu ce samedi 24 avril au ministère marocain des Affaires étrangères, à Rabat, apprend Le360 de sources sûres. La convocation de l’ambassadeur d’Espagne est liée à l’accueil par les autorités espagnoles du chef des séparatistes, Brahim Ghali, admis à l’hôpital San Pedro à Logroño, sous la fausse identité d’un citoyen algérien portant le nom de Mohamed Benbatouche.

 

Les autorités marocaines ont fait part à l’ambassadeur espagnol de leur exaspération quant à l’attitude de l’exécutif espagnol, considérée comme déloyale. Les autorités marocaines ont également réitéré à l’adresse de l’ambassadeur du Royaume d’Espagne l’importance que revêt la question de l’intégrité territoriale pour le peuple marocain, le Sahara étant un sujet existentiel pour le Royaume du Maroc. Ne pas tenir compte de cette réalité, c’est agir à rebours du partenariat stratégique entre deux pays.

 

Comme nous l’écrivions dans un précédent article, dans l’après-midi de ce samedi 24 avril, un haut responsable à la diplomatie marocaine a déploré «l’attitude déloyale» des autorités espagnoles qui ont accueilli en catimini le chef du Polisario sous la fausse identité d’un citoyen algérien, portant le nom de Mohamed Benbatouche.

 

«En accueillant en catimini le chef des séparatistes, les autorités espagnoles n’ont pas considéré le Maroc comme un ami et un partenaire privilégié pour reprendre les termes utilisés par Mme Arancha González Laya», explique notre interlocuteur pour qui «l’Espagne sait très bien que la question du Sahara est existentielle pour le Royaume du Maroc. Pourquoi dès lors a-t-elle préféré manœuvrer, pour ne pas dire jouer, dans le dos du Maroc?»

 

Pour le diplomate marocain de haut rang, il s’agit «une attitude déloyale qui contredit l’esprit de partenariat et de bon voisinage entre les deux pays». Et de conclure que «Cette attitude suscite de l’incompréhension et des interrogations au Maroc».

 

«Quand on prétend être un partenaire stratégique, on n’est pas complice avec les ennemis de ce partenaire», enchérit le haut responsable à la diplomatie marocaine qui ajoute:  «Le Maroc prend acte d’une attitude déloyale», tout en formutant le vœu que «l’Espagne puisse agir en partenaire loyal du Maroc».

 

 

24/04/2021