La 2ème édition du festival international de la poésie, organisée par le conseil de la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, s'est ouverte samedi sous le thème '’ le rôle de la poésie dans la consécration des valeurs de paix et de cohabitation’’.

 

Initiée dans le cadre des activités marquant la célébration du 42è anniversaire de la glorieuse Marche Verte, cette manifestation culturelle de deux jours connait la participation des poètes, d’écrivains, d’intellectuels et d’universitaires d’Arabie Saoudite, de Jordanie, du Koweït, du Soudan, de Tunisie, d’Egypte, de Mauritanie, d’Irak, de Palestine, d’Espagne, outre le Maroc.

 

Intervenant à cette occasion, le président de la région, Sidi Hamdi Ould Errachid, a souligné que l’objectif du festival est d’impulser une nouvelle dynamique d’animation culturelle et artistique et de mettre en valeur la culture et le patrimoine locaux, tout en contribuant à leur enrichissement par le brassage avec d'autres cultures et l’ouverture sur d’autres civilisations mondiales.

 

M. Ould Errachid a relevé, dans ce sens que l’intérêt porté par le Conseil de la région à la tenue de ce festival émane de sa conviction quant à l’importance du rôle des conseils régionaux dans la promotion et le développement de la culture locale afin d’en faire un levier de développement durable et d’ouverture sur les identités et les langues mondiales. 

 

Il a indiqué, par ailleurs, que l’organisation de cet évènement s’inscrit dans le cadre des efforts du conseil pour la mise en œuvre du contenu du contrat programme pour le financement et la réalisation du développement intégré de la région, notamment dans son volet lié à la promotion et au développement de la composante culturelle dans la région. 

 

Ce festival constitue également, a-t-il ajouté, une occasion pour les participants et les invités de découvrir la région, son riche patrimoine, son histoire et sa culture diversifiée.

 

Dans une allocution prononcée en son nom, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laaraj, a mis en exergue ‘’la contribution des provinces du sud à travers les différentes étapes de l’histoire au dialogue des cultures du monde’’, rappelant que cette région était une zone de transit des caravanes et des marchandises et un carrefour des cultures arabes, andalous et africaines, et bien d’autres cultures. 

 

Le vivre-ensemble et la cohabitation, a-t-il soutenu, est une réalité profondément ancrée au Maroc et une tradition ancestrale grâce à l’institution d’Imarat Al-Mouminine qui entoure de sa bienveillante sollicitude tous les croyants quels que soient leur religion, leur nationalité ou leur couleur.

 

Il a rappelé, a cet égard, que la terre du Maroc a, de tout temps, était un espace de diffusion des valeurs de tolérance, de cohabitation et de coexistence entre les cultures et les différentes religions dans une parfaite harmonie, ce qui, a-t-il dit, a donné lieu à une culture nationale plurielle et riche de ses divers affluents.

 

La cérémonie d’ouverture de ce festival qui s’est déroulée en présence du wali de la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Yahdih Bouchaab, des chioukhs, des notables, d’élus et d’acteurs locaux, a été marquée par la signature d’une convention de partenariat entre l’Union des écrivains du Maroc et l’Union des littéraires et des écrivains mauritaniens, en plus d’un hommage rendu à certains poètes et acteurs locaux en guise de reconnaissance pour leurs efforts au service de la promotion du secteur culturel dans la région.

 

Au menu de cette rencontre, des conférences sur ‘’les valeurs de la paix et de la cohabitation du point de vue des poètes’’ et ‘’les dimensions artistiques et esthétiques dans la poésie de la paix et de la cohabitation’’.

06/11/2017