Le contrat-programme régional vient d’être signé. Il prévoit la réalisation de 21 projets pour relancer la machine dans la région. Objectif : mettre sur le marché 3 200 lits additionnels pour une capacité d’accueil de 114 000 touristes d’ici 2020.

C’est fait ! La région Oued Eddahab-Lagouira a son contrat-programme régional pour le développement touristique. Le document a été signé samedi dernier en marge du huitième Forum régional du tourisme tenu à Dakhla  les 7 et 9 juin. La concrétisation de ce contrat-programme est le fruit de plusieurs concertations entre le département de Lahcen Haddad, les autorités locales et le secteur privé. Selon les orientations déclinées dans cette nouvelle stratégie régionale, Oued Eddahab-Lagouira devra asseoir son offre sur les produits de niche, notamment le patrimoine naturel et le balnéaire.

Selon le département du Tourisme, ce positionnement se construit autour de la valorisation de deux niches, à savoir le tourisme sportif avec la promotion du Kite Surf qui est favorisé par les conditions climatiques de la lagune, et le luxe, fondé sur la combinaison mer-désert qui sera boostée à travers le développement d’un éco-resort et des boutiques spécialisées en windsurf, spa et nature. À considérer les axes de développement de ce contrat-programme, la région devrait se défaire de l’étiquette de parent pauvre du tourisme. De fait, du côté du public comme du privé, l’on semble déterminé, à en croire les termes du document signé, à mettre sur le marché 3 200 lits additionnels pour ainsi pouvoir accueillir quelque 114 000 touristes d’ici 2020. Concrètement, 21 projets sont programmés dans la région, dont un projet et le reste, des projets complémentaires qui, selon le ministère, permettront d’enrichir et de densifier l’offre touristique de la région. En effet, le projet structurant qui mobilisera 400 millions de dirhams d’investissement apportés en totalité par le privé viendra compléter l’offre balnéaire existante à travers la création d’un Eco-resort extrême. Une station écologique de nouvelle génération dont la réalisation est prévue sur la période 2015-2020. Sa capacité litière : 2 000 lits. Elle sera nichée à Graret Fartet dans la commune d’El Argoub, province d’Oued-Eddahab. Le projet couvrira 600 hectares sur un terrain domanial.

 

Les projets complémentaires, au nombre de 20 donc, seront développés dans les programmes «Animation, sports et loisir» et «Éco-développement durable».  

Pour le ministère, il s’agit de valoriser davantage les ressources de la région à travers divers produits culturels et sportifs qui ont été définis dans le contrat-programme. Des produits à développer à partir de cette année même pour les finaliser en 2018. Montant de l’investissement, 573 millions de dirhams qui iront notamment à la mise en place d’une structure d’accueil adaptée aux séniors à El Argoub et l’aménagement d’un Centre national du tourisme et des sports nautiques qui sera conçu comme une structure d’animation, d’encadrement et de formation à diverses activités nautiques. Le projet «Éco-développement durable» qui démarre cette année et sera achevé en 2017 comprend, quant à lu  arts populaires locaux, dans l’arrière-pays de Dakhla et un éco-village, à Porto Rico, qui est un ensemble d’unités hôtelières et résidentielles disséminées au sein d’un large espace naturel : investissement de 634,5 millions de dirhams. L’offre d’animation, quant à elle, viendra compléter celle des infrastructures touristiques de base. Elle sera concrétisée à travers deux projets dont la réalisation s’étalera sur trois années (2014 à 2017) pour un investissement de 29 millions de dirhams. Le premier est un spa autour de produits de terroir de haut standing à Dakhla et le second, une station de cure thermale qui sera construite sur le site de Tawarta. Notons que le tout devra absorber un investissement global de 5,236 milliards de dirhams, dont 96,6% (5,061 milliards), apportés par le privé. Et puisque le dicton dit : «on ne change pas une équipe qui gagne», le ministère entend axer ses efforts de promotion sur les marchés traditionnels notamment la France, l’Espagne et le Royaume-Uni, où il table sur 70% des touristes qui se rendraient dans la région d’ici 2020. 

Les plans d’action pour mener une offensive marketing sur ces marchés sont déjà définis avec les différentes parties prenantes, assure le département de Lahcen Haddad. Les objectifs des arrivées dans la région seront concrétisés par une desserte aérienne de 13 fréquences hebdomadaires. Les trois capitales européennes, Paris, Madrid et Londres, seront donc reliées à Dakhla par des vols réguliers. «Ces capitales serviront de hubs régionaux et reliront Dakhla aux principaux bassins émetteurs de touristes dans les grandes métropoles européennes», détaille-t-on dans le contrat-programme. Dans la nouvelle stratégie régionale, le département du Tourisme entend renforcer la chaîne de valeur touristique de la région. D’ailleurs, dans ledit contrat-programme, les signataires soulignent que la création d’entreprises doit être encouragée notamment au niveau des maillons les plus faibles. Objectif, doter la région d’une offre touristique complète, en particulier dans les domaines de l’hébergement, du bien-être et du commerce moderne. «En plus de la création d’emplois, l’enjeu de ce chantier est de faire émerger quelque 75 PME et TPE et pas moins de 500 emplois dans la région Oued Eddahab-Lagouira», prévoit le contrat-programme. Pour rappel, lors du Forum régional, plusieurs actions de promotion de la destination ont été menées par l’Office national du tourisme auprès de dix grandes agences françaises de mix et d’incentive 

 

11/06/2013