Le ministère espagnol de l'Intérieur a interdit ce mardi à une députée Podemos, réputée solidaire du front Polisario, de rendre visite aux jeunes sahraouis bloqués dans un centre de rétention à l'aéroport Madrid-Barajas, en perspective de leur refoulement vers Alger.

 

Nouveau rebondissement dans l'affaire des jeunes sahraouis arrivés illégalement le 22 août dernier à l'aéroport Madrid-Barajas, et dont la demande d'asile politique a été rejetée par les autorités espagnoles. Une députée du parti espagnol, Podemos, connue pour sa sympathie envers le front Polisario, a été interdite de visite ce mardi 5 septembre chez les sahraouis se trouvant dans un centre de rétention à Madrid-Barajas, en perspective de leur extradition vers l'aéroport Houari Boumediene, à Alger.

 

La députée gauchiste, Ione Belarra de son nom, a protesté contre cette interdiction en postant ce message: "qu'auraient-ils à cacher, pour nous interdire de passer?".

Le leader de Podemos, parti d'extrême-gauche, a emboîté le pas à la jeune députée en postant à son tour un tweet, dans lequel il accuse les autorités de son pays d'empêcher son parti de "s'enquérir" de la situation des jeunes sahraouis.

pablo

Fondé le 16 janvier 2014, Podemos s'est illustré par ses déclarations hostiles envers le Maroc, notamment sur la question de son intégrité territoriale. En revanche, il a publiquement pris position en faveur de la thèse séparatiste du front Polisario.

 

07/09/2017