Washington - Le Leadership Council for Human Rights (LCHR), l'une des plus importantes ONG US des droits de l'Homme, et l'organisation Teach the Children International (TCI) lancent un appel à la communauté internationale quant au calvaire que subissent quotidiennement les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, et prennent à témoin les forces éprises de paix et de justice pour que cessent les exactions des milices du polisario.

"Etant donné l'exacerbation de la menace terroriste dans la région, trouver une issue aux souffrances des populations retenues, contre leur gré, dans les camps de Tindouf, en Algérie, doit être érigé en priorité", estiment Mme Kathryn Porter Cameron et Nancy Huff, Présidentes respectivement du LCHR et de TCI, dans un communiqué parvenu dimanche soir à la MAP.

Mme Huff et Porter Cameron, qui est la fondatrice du caucus des droits de l'Homme au congrès des Etats Unis, ont, dans ce cadre, mis l'accent sur la nécessité de résoudre le conflit du Sahara, "dans le but de barrer la route à un autre Etat en faillite dans la région qui est de nature à compromettre les intérêts des Etats Unis et de l'Europe et ajouterait à la précarité de la situation sécuritaire", met en garde le communiqué.

De même source on signale que ces deux militantes des droits de l'Homme, qui viennent d'effectuer une visite dans les provinces du sud, vont publier un rapport sur la torture, la détention et l'intimidation que subissent les pensionnaires des camps de Tindouf de la part des milices du polisario, "un mouvement séparatiste porté sur les fonds baptismaux par Kadhafi, financé par l'Algérie et soutenu par le Cuba et le Venezuela".

Ce rapport, précise le document, sera soumis par le LCHR à des organisations internationales, au Congrès des Etats Unis, ainsi qu'à des associations œuvrant dans le domaine des droits de l'Homme.

24/09/2012