Salle de réunion de la Commission européenne

Le Maroc hausse le ton. Rabat a décidé ce jeudi de suspendre tout contact avec les institutions européennes et en premier lieu avec la Commission et le Parlement européens.

Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a reçu ce jeudi l'ambassadeur de l'Union européenne (UE) à Rabat pour l'informer de la décision de l'Exécutif de "l'arrêt de tout contact avec la Commission européenne et le Conseil européen".

 

Cette décision du Maroc a été ensuite débattue ce jeudi lors du Conseil hebdomadaire du gouvernement et confirme l'intention exprimée ces dernières semaines par le Maroc de condamner l'arrêt de la Cour de justice européenne annulant l'accord de l'agriculture et de la pêche qui liait l'UE au Maroc.

 

"Le Maroc dénonce une nouvelle fois cet arrêt de justice européen exprimant l'absence de transparence et de clarté de certains membres de l'UE", a affirmé le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi lors d'un point de presse. "Le Maroc dénonce cette ambiguïté (...) et  n'accepte pas qu'il soit traité comme un simple élément dans une procédure juridique européenne", a déclaré le ministre de la Communication.

 

Le royaume, a ajouté M. El Khalfi en citant l'Exécutif,  a le "droit de réagir avec responsabilité dans l'étape qui va suivre". "En conséquence, le Maroc a donc décidé de geler tout contact avec l'Union européenne  jusqu'à ce la situation se clarifie".

 

 

Pour le suivi de cette affaire, le gouvernement a créé une commission spécialisée et appelle enfin "l'UE à assumer ses responsabilités après avoir constaté des attitudes inamicales envers le royaume et ce après le dépôt de la procédure de l'appel".

 

25/02/2016