Des sources bien informées à Tindouf ont révélé que les membres de la direction du Polisario ont été très indisposés par les rencontres que l’émissaire de l’ONU Christopher Ross a tenu à avoir avec des sahraouis opposés à la ligne du front séparatiste, notamment ceux exilés en Mauritanie. En tête de ces rencontres, l’entretien que le médiateur onusien a eu avec Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud. Le dissident du Polisario qui a été banni des camps de Tindouf en Algérie, à cause de son soutien au plan marocain d’autonomie au Sahara occidental, a longuement discuté avec Christopher Ross. Mais c’est certainement la rencontre du représentant personnel du secrétaire général de l’ONU avec une délégation du mouvement dissident du Polisario « Khat Chahid », qui a accablé les dirigeants du front séparatiste. Christopher Ross a rencontré pendant plus de deux heures une délégation du mouvement dissident, conduite par Mahjoub Salek, le coordonnateur général du Comité exécutif.

 

Il était accompagné de Mohamed Mbarek, responsable de « Khat Chahid » en Mauritanie. Et ce qui devait arriver arriva. Les craintes des dirigeants du Polisario de voir le médiateur onusien sensibilisé par ces entretiens, se sont révélées parfaitement fondées. Car les échanges de part et d’autre ont été francs et instructifs, notamment sur les conditions de vie pénibles des populations sahraouies parquées à Tindouf. Le chef du Polisario qui fondait personnellement de grands espoirs dans la tournée régionale du médiateur de l’Onu, en a eu pour son compte. A présent, la direction du Polisario dans son ensemble sait à quoi s’en tenir. Puisque le fait même que Christopher Ross ait tenu à écouter et à s’entretenir personnellement avec des dissidents et des opposants au Polisario, signifie qu’il est parfaitement conscient que le front séparatiste est loin de représenter tous les sahraouis.

 

10/11/2012