Algérie : Les amazighes demandent la protection des casques bleus de l’ONU

Algérie : Les amazighes demandent la protection des casques bleus de l’ONU

Le président de l’Anavad, le gouvernement provisoire kabyle, Ferhat Mehenni, a adressé une lettre au secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, pour lui exiger une protection internationale du peuple Amazighe Mozabite en Algérie. 

 

Ferhat Meheni, a demandé dans sa lettre datée du 20 – 01- 2014, au Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU sur "la situation dramatique que vit le peuple mozabite et la nécessité de sa protection par des Casques Bleus". 

 

Le président du gouvernement provisoire kabyle a alerté Ban Ki Moon, que le pouvoir algérien, ayant dépêché une force armée de 3000 hommes, dans la région de Ghardaïa, proie depuis des jours à des violences ethniques graves, préparerait des actes de vengeances contre les amazighes de la région. 

 

‘‘Sachant la partialité des forces algérienne et leur net penchants en faveur des agresseurs Châambas, il est fort à craindre que les mozabites ne subissent de sérieuses représailles de la part du pouvoir algérien, pour les punir d'avoir notamment ébruité les crimes dont ils sont victimes’’ a écrit Mehenni. 

 

Ci-dessous le texte intégral de la lettre adressé par Ferhet Meheni à Ban Ki Moon, publié par le site kabyle siwel.info.

 

"A Son Excellence Monsieur Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies 

 

 

Excellence, 

 

Depuis l’indépendance formelle de l’Algérie, le pouvoir algérien mène une politique génocidaire contre les peuples amazighs. En plus d’une politique linguistique et identitaire visant à les dépersonnaliser par l’arabo-islamisme, il mène des guerres sporadiques contre des peuples pacifiques et désarmés. 

 

Ainsi, la Kabylie (aujourd’hui comptant plus de 10.000.000 d’habitants) fut le théâtre de massacres en 1963-65, en 1980 et en 2001-2003. Les Aurès du peuple chawi (300 km au Sud-Est d’Alger) ont été endeuillés par une répression à Tkout en 2003-2004. Les Touaregs sont régulièrement rudoyés et réprimés. 

Ferhet Meheni

L’autre peuple amazigh d’Algérie qui est soumis au feu du régime est le peuple mozabite (800.000 habitants et établi à 800 km au Sud d’Alger). Vivant sur un territoire désertique mais au sous-sol particulièrement riche en gaz, il est, depuis 1975, victime d’agressions physiques visant son expropriation et son extinction. Les violences auxquelles il est soumis surtout depuis 2008 ne cessent de provoquer des morts parmi ses enfants. Depuis quinze jours, la violence est montée d’un cran. Ses mausolées classés au patrimoine de l’humanité et ses tombes ont été détruits, ses biens saccagés. 

 

Profondément pacifique et pieux, mais démuni et bâillonné, le peuple mozabite est soumis officiellement à des violences « interethniques » dans lesquelles les forces de police ont un parti-pris flagrant contre lui. De nombreuses vidéos sur le net montrent à plusieurs reprises des forces de police prêtant main-forte aux agresseurs contre les Mozabites. 

 

Excellence, Monsieur Ban Ki Moon, 

 

Je vous demanderais, au nom de l’Anavad, de bien vouloir saisir le Conseil de Sécurité de l’ONU sur : 

 

1) La situation dramatique que vit le peuple mozabite et la nécessité de sa protection par des Casques Bleus afin d’arrêter les violences qui l’endeuillent et le terrorisent. 

 

2) Le régime algérien qui soumet les peuples amazighs au déni d’existence, au racisme et à une politique délibérément génocidaire. 

 

Dans l’attente d’une intervention rapide de votre part, veuillez Excellence recevoir nos salutations empreintes de respect et d’espoir. 

 

Fait à Paris, le 20/01/2014 

 

M. Ferhat Mehenni, président du Gouvernement Provisoire Kabyle"