'Algérie en mouvement' : Un festival en France pour embellir l'image des autorités algériennes

évènement qui se déroulera à Paris, Aubervilliers, Montreuil et Nanterre du 12 au 16 novembre, a débuté par un focus sur les Médias en Algérie, une rencontre-débat mettant en relief le monde bouillonnant des nouveaux médias et réseaux sociaux algériens, auquel ont pris part de jeunes associatifs (Web journalistes, photographes,journalistes, animateurs de radio etc). 

 

La rencontre a été étrennée par la projection de deux documentaires : la Méga randonnée du 1er mai 2011, de l association oranaise Bel Horizon, et Bejaia Doc présentant les actions innovantes de représentants des médias algériens. 

 

Elle s est poursuivie par une représentation d expériences de jeunes talents dans les réseaux sociaux et un débat « Médias en mouvement » se rapportant au paysage médiatique en Algérie. 

 

Abordant le sujet, le journaliste et essayiste Akram Belkaid a estimé qu Internet a « cassé tout monopole sur l information » et permet désormais à la société civile de « juger » l actualité. Pour lui, les médias algériens sont «en mouvement depuis plus de 25 ans ». « Une tentative de démocratisation et une liberté de ton ont été constatées après les évènements d octobre 1988», a-t-il concédé, signalant l apparition d une presse « plutôt diverse avec un nombre incroyable de titres ». 

 

Le journaliste a, à cet effet, relevé que la prochaine ouverture de l audio-visuel au privé marquera « un progrès » pour la libéralisation du secteur des médias,signalant que le texte de loi autour de cette question, « même si ce n est l idéal, aura au moins l avantage de légiférer et de clarifier un secteur longtemps monopolisé ».

 

La directrice adjointe de Maghreb emergent, Lynda Rabia-Belfendes,a, de son côté, évoqué l expérience de son journal dans l information économique,y compris par son support numérique. Elle a souhaité que l introduction récente de la 3G en Algérie permette de « rattraper le retard » en matière de qualité et de débit de connexion à Internet dans le pays. Selon elle, Maghreb Emergent est visité le plus, après le lectorat national, par la diaspora algérienne.

 

Le directeur de Jil FM, Mourad Ouadahi, s est félicité, lui, que sa radio ait pu « casser » certains tabous en Algérie, en se proposant comme chaine« alternative » aux radios généralistes en associant les jeunes sur des sujets les concernant en premier. « De la musique, notre intérêt a vite porté aussi sur la jeunesse à laquelle des programmes interactifs sont proposés », a-t-il dit.

 

Evoquant son parcours journalistique, il a estimé que c est une « bagarreau quotidien » pour faire passer des messages subtilement, relevant que, contrairement à certaines idées reçues, les injonctions et les tentatives de censures ne sont pas « foncièrement systémiques, mais relevant plutôt de volontés humaines individuelles».

 

A l ouverture officielle de l évènement, le président du Forum France-Algérie,Farid Yaker, a affirmé qu Algérie en mouvement se propose de révéler les talents algériens à la société civile française et de contribuer à densifier les relations entre les acteurs associatifs, de l'économie solidaire et Culturels Français et Algériens.

 

Selon lui, l urgence d agir dans ce domaine a été confortée par les conclusions d une récente étude de l IFOP (décembre 2012) qui indique que «26% seulement des Français ont une bonne image de l Algérie. 

 

Outre la rencontre sur les médias algériens, 17 représentants d'associationset d'entreprises algériennes innovantes présenteront leurs réalisations dans les domaines de l'Economie Sociale et Solidaire, du monde associatif et de la citoyenneté, des nouveaux médias, de l'audio-visuel, des réseaux sociaux et de la culture.