Les locaux de la chaîne privée Al Atlas TV ont été occupés par les services de sécurité algériens, mardi, la chaîne a lancé "un appel de détresse" sur son écran.

Dans un bandeau qui défile en continu, la chaîne explique que des gendarmes et des policiers en civil ont saisi des équipements (caméras, appareils photos) au cours de cette descente.

Selon le directeur de la rédaction, Hafnaoui Ghoul, les agents de sécurité ont inspecté durant trois heures, entre 15H00 et 18H00, toutes les dépendances du siège de la chaîne, sis quartier Birkhadem à Alger, interdisant l'entrée ou la sortie de toute personne des locaux.

La chaîne Al Atlas TV s'est distinguée, ces derniers temps, par la couverture non-stop des manifestations organisées par le mouvement "Barakat" (ça suffit) contre la candidature du président sortant Abdelaziz Bouteflika à un quatrième mandat, lors du scrutin du 17 avril prochain.

Elle diffusait en boucle des images sur les interpellations musclées des militants du mouvement ou de simples participants à ces rassemblements, ainsi que des déclarations d'activistes et de citoyens opposés ou favorables à la réélection du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1999.

Réagissant à cette perquisition, le Syndicat national des journalistes (SNJ) a exprimé "son étonnement devant cette manière d'agir contre un média" qu'il a dénoncée "avec la plus grande énergie".

Le SNJ souligne qu'il s'agit là "d'une nouvelle atteinte à la liberté d'expression et de presse, en même temps qu'une forme d'intimidation pour le moins inacceptable, et ce, quel que puisse être le motif".

12/03/2014