Algérie : Kerry Kennedy feint d’ignorer l’appel de HRW

Kerry Kennedy, la présidente de la Fondation du même nom, est très embarrassée par la lettre envoyée au gouvernement algérien par cinq ONG, dont HRW et Amnesty International, dans laquelle les organisations internationales dénoncent les violations constantes des droits de l’homme en Algérie.
La confusion de Kerry Kennedy est d’autant plus grande que ces condamnations émanent des plus influentes ONG de défense des droits de l’homme dans le monde. Aux côtés de Human Rights Watch et d’Amnesty International, on retrouve le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) et l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT). Toutes ces organisations ont demandé conjointement au gouvernement algérien de « permettre l’accès au pays ». Pourtant, Kerry Kennedy qui préside la Fondation Kennedy pour la justice et les droits de l’homme, se trouve dans l’incapacité de se joindre à ces condamnations générales. Elle aurait souhaité adhérer à l’appel solennel lancé par les autres ONG internationales, mais elle a préféré s’abstenir de crainte d’être confondue par son soutien inconditionnel au Polisario, selon une source digne de foi à Tindouf. Kerry Kennedy ne peut pas dénoncer les violations des droits de l’homme en Algérie sans tomber dans la contradiction de passer sous silence ce qui se passe dans les camps contrôlés par le front Polisario en Algérie, explique la même source.
Depuis plus de deux semaines, en effet, une fronde sans précédent secoue les camps de Tindouf. Mais les miliciens du Polisario et les éléments du DRS algérien étouffent brutalement la révolte des sahraouis, exaspérés par les privations et la répression. Une révolte qui ne trouve pas d’écho dans les médias internationaux à cause du maintien des campements de Tindouf dans l’isolement total. Le Polisario et les services secrets algériens ne tolèrent aucune voix dissonante. Ils interdisent aux sahraouis de quitter les camps et contrôlent pratiquement tout dans ce qui ressemble à de véritables camps de concentration du désert, précise la même source à Tindouf.

15/02/2014