Après les manifestations ou de jeunes chômeurs ont soulevé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : “Halte à la hogra”, “Nous ne demandons que du travail et de la dignité”, “Nous sommes tous des Algériens”.

Mais encore une fois surtout celles dénonçant la gestion du dossier de l’emploi par les responsables locaux. Ainsi que d’autres slogans, fusant du mégaphone, avaient fait leur apparition, tels que “Tab djnanou oua baâ ebladou” (Il est fini, il a vendu son pays) ou encore “Ya lil aâr, Ya lil aâr, baoû Esahra bi dollars” (ô ! Honte, ils ont vendu le Sahara en dollars). 

Le pouvoir algérien a envoyé ses sbires pour punir la population civile d'avoir organisé la manifestation des chômeurs dans le ville de Ghardaia.

06/05/2013