Jason Isaacson

Les propos tenus par le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, lors de sa récente visite à Tindouf et à Alger, trahissent une "méconnaissance" de la place importante qu'occupe le Sahara dans l'histoire du Maroc, a souligné, mercredi, Jason Isaacson, Directeur des affaires gouvernementales et internationales de l'American Jewish Committee (AJC).

"Les déclarations du Secrétaire général de l'Onu traduisent une méconnaissance de la place importante qu'occupe le Sahara dans l'histoire du Maroc et de la dynamique de développement" qui transforme la vie des populations locales, a indiqué M. Isaacson, qui s'exprimait sur les ondes de Medradio. 

 

Il a, en outre, fait observer que M. Ban Ki-moon semble ignoré que le Maroc, pays allié des Etats Unis, s'acquitte d'un rôle "prépondérant" au sein de la communauté internationale, relevant que le Royaume a toujours contribué à la paix et à la stabilité dans la région. 

 

"C'est malheureux de voir Ban Ki-moon se départir de la neutralité prudente qui sied au poste de Secrétaire général d'une organisation internationale dont les mécanismes cherchent à résoudre les conflits à travers le monde", a estimé M. Isaacson, notant que ce poste exige équidistance et neutralité. 

 

Il a fait remarquer qu'"il s'agit là d'une erreur qui doit être rectifiée", en appelant le responsable onusien à revoir sa position et à "prendre la direction appropriée". 

 

Le Gouvernement du Maroc avait exprimé, la semaine dernière, les plus vives protestations contre les propos du Secrétaire général des Nations unies sur la question du Sahara Marocain, relevant avec "une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés de M. Ban Ki-moon, durant sa récente visite dans la région".

17/03/2016