Dans une mini déclaration faite à la publication canarienne La Provincia, l’activiste marocaine Aminatou Haidar, s’érigeant leader de la minorité séparatiste dans les provinces du sud, a menacé le Maroc de, dixit, «Résistance violente».

Ne réussissant point à rassembler massivement autour d’elle, la minorité séparatiste, financée par l’Algérie, adopte comme moyens d’expression politique, les attentats violents, le crime, le lynchage d’agents de sécurité et la destruction des biens publics et privés. 

 

Se sont ces faits, qu’a promis au Maroc, Aminatou Haidar, qui a expliqué que l’action des séparatistes au Sahara s’aggravera encore plus sur la voie de la violence. 

 

Haidar a par la même occasion appelé l’Espagne, en tant qu’ex-puissance coloniale, à revenir au Sahara et de s’y opposer au Maroc. 

 

Amère, Haidar a condamné, sur les colonnes du journal canarien, l’Espagne et la France, qui selon elle, se dressent perpétuellement contre l’Algérie, dans tous ce qu’elle fait pour la séparation du Sahara. 

 

Haidar a regretté que : «plusieurs initiatives ont été prises, mais l'Espagne, aux côtés de la France, s'y sont opposées».

25/10/2013