Un ancien sous-secrétaire d'Etat à la Défense salue l'audace du roi dans la gestion du dossier saharien

Evoquant le retrait unilatéral du Maroc de la zone tampon de Guerguerat, sur instructions du roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d'état-major général des forces armées royales, Dov Zakheim, ancien sous-secrétaire d'Etat américain à la Défense, a salué une décision royale audacieuse.

 

Une nouvelle réaction positive venue d'Outre-mer au retrait unilatéral du Maroc de la zone tampon de Guerguerat, décidé hier dimanche 26 février, par le roi Mohammed VI, Chef suprême et Chef d'état-major général des Forces armées royales, en interaction avec l'appel du SG de l'ONU, Antonio Guterres, ayant demandé à ce que les parties en conflit fassent preuve de "la plus grande retenue et prennent toutes les mesures nécessaires pour éviter l'escalade des tensions, que ce soit des actions militaires ou civiles".

 

Après le secrétariat d'Etat américain qui s'est félicité, via l'ambassade US à Rabat, de "la décision marocaine d’un retrait unilatéral de son personnel de la zone tampon de la région de Guerguarate en soutien à la demande du secrétaire général de l’ONU", c'est au tour d'un ancien sous-secrétaire d'Etat à la Défense, en l'occurence Dov Zakheim, de saluer cette initiative.

 Dans une déclaration à la MAP-Washington, l'ancien sous-secrétaire d'Etat américain à la Défense (2001-2004) a en effet indiqué que "la décision du Maroc, sur hautes instructions du roi Mohammed VI, de procéder à un retrait unilatéral de la zone de Guerguerat, renseigne sur l'audace et l'approche créative du souverain dans le traitement de la question du Sahara".

 

"L’annonce de ce retrait est une autre démonstration de la bonne foi du Maroc et de l’approche créative et audacieuse du souverain en vue de trouver une solution politique définitive à la question du Sahara", a souligné cet ancien haut responsable américain, en mettant en exergue le progrès et le développement que connaissent les provinces du Sud sous le leadership du roi Mohammed VI.

 

Evoquant le plan d’autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, l'ancien haut responsable au Pentagone a affirmé que ce plan "constitue un règlement pacifique à ce conflit qui n’a que trop duré, ainsi qu’une approche qui est de nature à épargner l’instabilité et le chaos à la région".

 

"C’est en effet une solution qui se démarque par son ouverture et sa pertinence que la communauté internationale gagnerait à connaître davantage et qui s’inscrit de surcroît en droite ligne de tout ce que le Maroc a pu réaliser dans cette partie du royaume", a en effet fait valoir l'ancien haut responsable au Pentagone.