Un cabinet marocain en conseil stratégique a réalisé une note sur AQMI. Un travail qui revient sur l’histoire de l’organisation terroriste, du temps où elle s’appelait le GSPC, son allégeance à Al Qaida et ses multiples ramifications au Sahel et au Sahara. Le document en question met en exergue l’importance de la communication dans la stratégie d’AQMI. Il analyse, également, la fameuse vidéo de l’organisation terroriste sur le Maroc.

Une étude marocaine revient sur AQMI. Elle est l’œuvre de la Compagnie méditerranéenne d’analyses et d’intelligence stratégique (CMAIS), basée à Rabat. « C’est notre propre initiative et non un travail commandé », nous confie Mountassir Ziane, le directeur général de la CMAIS. Cette note intervient quelques semaines après la diffusion de la fameuse vidéo de l’organisation d’Abdelmalek Droukdal sur le Maroc. « Pour nous, ce message est un élément déclencheur », a-t-il reconnu. Justement dans le document, la CMAIS revient en détail sur la vidéo, une œuvre d’Al-Andalus for Media Production.

Communication : AQMI sur les traces du Hezbollah

Une fois promu, en 2004, chef de l’ex-GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat), Abdelmalek Droukdal, avait fait de la communication un des piliers de son leadership. Une manière pour lui de se démarquer de ses prédécesseurs. D'autant que ladite tactique a bien réussi au Hezbollah libanais de Hassan Nasrallah durant les années 80.

Pour mémoire, les premières vidéos d’attaques de la milice pro-Iran contre des bases tenues par l’armée israélienne ou des troupes de son allié Antoine Lahd dans la région du sud du Liban, étaient réalisées par Nasrallah lui même.

Une fois que le GSPC a fait allégeance à Al Qaida, AQMI a alors bénéficié du savoir faire de sa matrice en communication. C’est dans ce contexte qu’a été créée en octobre 2009 Al-Andalus for Media Production, le bras médiatique d’AQMI, dont l’objectif est  « de répondre aux besoins de communication de l’organisation », assure la note du CMAIS.

La CMAIS analyse la vidéo d’AQMI sur le Maroc

« Le nouveau contenu s’articule autour d’un argumentaire bien étudié », constate la note de la CMAIS. AQMI y utilise une rhétorique basée sur trois composantes reliées les unes aux autres : « l’Afrique du Nord et le Sahel », « le Moyen-Orient et principalement la Syrie et l’Irak » et « l’Europe et les Etats musulmans qui lui sont alliés deviennent les principales cibles de la propagande d’AQMI ».

Le niveau technique est à la page. « Les retouches, la correction et altération des couleurs dans le montage prouvent une certaine expertise en matière de montage ainsi qu’une maitrise poussée des différentes plateformes de montages », indique le document de la Compagnie méditerranéenne d’analyses et d’intelligence stratégique.

La CMAIS a déjà réalisé des notes sur l’Azawad, les sources de financements des groupes terroristes au Sahel et la confrérie des Frères musulmans.

30/10/2013