Gdeim Izik

Une espionne vient d’être interpellée, ce jeudi 23 mars, par les services de sécurité marocain, en train de filmer secrètement le déroulement du procès des événements de Gdim Izik, survenus en 2010 et ayant fait plusieurs morts et blessés parmi les forces de l’ordre et les civils.

 

Selon nos sources sur place,  cette espionne, qui répond au nom de «Khalifa Banga», etait  enrôlée par les services secrets algériens et portait des ‘’lunettes caméra espion’’ équipées d’une minuscule caméra, d’un appareil photo et d’un microphone et d’un  dispositif de transmission lui permettant d’envoyer directement tous ce qui se passe à l’intérieur de l’audience à la salle d’opération de la Direction générale de la documentation et de la sécurité extérieure (contre-espionnage algérien), une des trois sections du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), dissout le 21 janvier par Abdelaziz Bouteflika..

 

Ce fait vient confirmer encore une fois l’implication manifeste du régime algérien dans le conflit du Sahara marocain et ce, malgré les tentatives désespérées des responsables algériens de réfuter ce constat.

 

Reste à savoir si les observateurs et autres personnes délégués par la junte militaire algérienne, daigneront introduire ce fait (constaté par toute l’audience) dans leurs rapports sur le déroulement du procès des criminels impliqués dans les événements tragiques de Gdim Izik, ou bien se cacheront-ils encore une fois derrière la ritournelle de « légitime défense ».

 

23/03/2017