Une association de femmes sahraouies en Espagne condamne la répression dans les camps de Tindouf et l'assassinat de deux jeunes sahraouis par l'armée algérienne

L'association des femmes sahraouies pour la Démocratie et les Droits de l'Homme, basée en Espagne, a dénoncé la répression violente perpétrée par les milices du polisario contre les manifestants dans les camps de Tindouf qui protestaient contre les violations commises dans ces camps de la honte.

L'association a également dénoncé vigoureusement l'assassinat par l'armée algérienne, près de la frontière algéro-mauritanienne, de deux jeunes sahraouis des camps de Tindouf, ajoutant que le mouvement de protestation observé par les jeunes sahraouis dans les camps de Tindouf constitue un "coup dur au régime militaire algérien".

Dans une déclaration à MAP-Madrid, la présidente de l'association, Mme Aicha Rahal, a indiqué que "l'Intifada menée par les jeunes sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf, constitue un message fort à la communauté internationale et augure d'un véritable revers pour la bande des mercenaires".

"La poursuite du soulèvement déclenché dans les camps de Tindouf a constitué un grand échec pour les organisations défendant la thèse des séparatistes, en particulier le centre Kennedy", a fait observer Mme Rahal, lançant un appel à l'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, Cristopher Ross, en vue de faire parvenir la voix de ces jeunes à l'Organisation onusienne.

Les milices du polisario ont violemment réprimé, au cours du mois de janvier, un soulèvement des populations dans les camps de Tindouf qui protestaient contre les conditions de leur séquestration, rappelle l'association.

03/02/2014