Des ateliers de formations sur la santé cameline ont été organisés en fin de semaine à Laâyoune à l'initiative de la direction régionale de l’Office nationale de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) au profit des médecins et techniciens vétérinaires dans la région.

 

Ces ateliers de formation, animés par des professeurs de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat, s’inscrivent "dans le cadre du plan de formation établi par la direction régionale de l’ONSSA au titre de l’année 2016, l’objectif étant de renforcer les compétences et les capacités des vétérinaires dans la région sur les pathologies touchant les dromadaires’’.

 

"L’objectif de cette formation est de répondre à un réel besoin en matière de diagnostic de certaines maladies affectant les dromadaires’’, a expliqué dans une déclaration à la MAP, la directrice régionale de l’ONSSA, Mme Safia Touzanie.

 

Les ateliers, tenus au laboratoire régional d'analyse et de recherche, ont été marqués par des cours théoriques sur la santé cameline au profit des techniciens et médecins vétérinaires, en plus d’une séance pratique d’anatomie pratiquée sur un dromadaire en vue de permettre aux participants de mieux cerner les différents signes liés aux maladies des dromadaires, a-t-elle relevé.

 

De son côté, le professeur à l’institut agronomique et vétérinaire Hassan II, Mohamed Bouslikhane, a indiqué que ces ateliers ont abordé des maladies de dromadaires, aussi bien celles existantes au Maroc, que celles signalées dans les autres pays, ou encore les maladies émergentes et ré-émergentes. 

 

M. Bouslikhane a insisté, par ailleurs, sur l’importance de la collaboration entre tous les intervenants dans le secteur pour contribuer à l’instauration d’une méthodologie efficace d’identification, de collecte et d’analyse des informations liées aux différentes pathologies camelines, appelant, dans ce sens, au renforcement de la communication entre les éleveurs et les vétérinaires pour mieux cerner les maladies touchant les dromadaires. 

 

La région de Laâyoune-Sakia El Hamra compte un effectif important du cheptel camelin qui contribue au développement de l'économie régionale, aux côtés des secteurs de la pêche, du tourisme et du commerce.

28/11/2016