Les services de police politique algérienne, auraient arrêté hier lundi, à la ville d’Annaba, dans l’Est de l’Algérie, un individu accusé d’être un espion ‘marocain’.

La presse algérienne a été chargée de diffuser auprès de l’opinion algérienne, qu’un ‘marocain’ serait l’instigateur des heurts populaires de Ghardaïa, qui furent matées dans la violence, par les forces armées du pouvoir algérien.

Ainsi, un certain ‘Mohamed Erraissi’, 48 ans, présenté par le quotidien arabophone algérien elkhabar, comme étant de nationalité marocaine, de la ville de Nador, aurait été arrêté par la police du pouvoir et inculpé d’espionnage et de tentative de porter atteinte à la sécurité intérieur du pays.

Selon ce journal algérien, ce Mohamed Erraissi, dit sans preuves 'marocain', aurait pris la fuite de l’aéroport de Annaba, après avoir tenté d'y prendre un avion pour la Turquie.

Il aurait pris peur lors d’un contrôle de ses bagages par les policiers algériens, raconte la même source.

Les policiers algériens l’auraient arrêté au bout d’une chasse à l’homme de 24 heures.

Il aurait été découvert en la possession de cet individu, de nombreuses pièces d’identités et des documents officiels prétendument marocains et algériens.

A croire ces annonces sur ces multiples pièces d’identités découvertes, rien ne peut justifier le style affirmatif avec lequel le journal algérien El Khabar, est allé alléguer qu’il s’agit d’un marocain.

Le journal prétend également que les policiers auraient trouvé en la possession de cet accusé, des CD contenant des photos et des écrits, sur les événements sanglants de Ghardaïa.

Interrogé, ce prévenu, s’il existait, aurait clamé qu’il est un ex-boxeur marocain venu rendre visite à des proches à lui à Annaba, selon les allégations du journal El Khabar.

09/01/2014