La Fondation du Groupe Banque populaire a choisi la région Laayoune Boujdour Sakia El Hamra pour le lancement de la 1re étape de son initiative «Appels à projets régionaux» (APR). L’annonce de ce nouveau programme d’accompagnement des porteurs de projets a été faite ce samedi 23 janvier à Laâyoune.

Le groupe Banque populaire, acteur majeur de l’entreprenariat via sa Fondation Banque populaire pour la création d’entreprise, a lancé la 1re édition de sa nouvelle initiative d’Appels à projets régionaux (APR). Et c’est Laayoune Boujdour Sakia El Hamra qui a eu l’honneur d’être choisie par le groupe Banque Populaire pour le lancement de cette initiative qui va toucher toutes les régions du Royaume.

 

Pour le lancement de ce programme, la Fondation Création d’Entreprises du Groupe Banque populaire a organisé le samedi 23 janvier, à Laâyoune, le Forum «Entreprendre-Région» avec pour thème : «l’Entrepreneuriat: composante clef de la régionalisation avancée». «Ce fut une journée de sensibilisation à grande échelle sur l’insertion des jeunes de la région», a expliqué El Jamri, Président du directoire de la Banque Populaire de Laayoune.

 

L’assistance a eu droit à des informations sur l’accompagnement et les rôles des principales composantes de l’écosystème entrepreneurial de la région (CRI, Fondation création d’entreprise, Association développement solidaire, Association Laâyoune Moubadara, ANAPEC, Fondation OCP, OFPPT, Fondation Attawfiq Micro-finance, etc.).

 

L’écosystème entrepreneurial de la région

 

Concernant l’initiative «Appels à projets régionaux», celle-ci vise les porteurs de projets dans 6 domaines : l’innovation, le genre (meilleur projet porté par une femme), les énergies renouvelables, les technologies de l’information, le tourisme et un projet à fort potentiel d’emplois.

 

Les inscriptions pour les porteurs de projets sont déjà ouvertes au niveau des sites électroniques du Centre régional d’investissement (CRI) et de la Fondation Création d’entreprises. Et à partir du lundi 25 janvier, les candidats peuvent également inscrire leur projet au niveau de la Banque populaire et de ses agences ou au niveau du CRI.

 

Les porteurs de projets ont un délai de 40 jours à partir du lundi pour inscrire leur projet. Selon El Jamri, «des évaluations continues seront réalisées au fur et à mesure des dépôts de dossiers par une commission qui étudie les projets sur la base d’un certain nombre de critères : faisabilité du projet, potentialité de la région, besoins de la région, etc.».

 

Ensuite, poursuit-il, «les candidats retenus chaque semaine bénéficient d’une séance de formation gratuite offerte par des professionnels de la Banque populaire et du CRI et portant sur la constitution d’une entreprise, l’élaboration d’un business plan, le montage financier, la gestion des risques, etc.».

 

Formation et financement

 

Au terme de la période des souscriptions, «les candidats dont les projets sont retenus bénéficieront d’une formation complémentaire portant sur la comptabilité, le marketing, etc.», a expliqué le Président du directoire.

 

Après cette étape, la Fondation va étudier les possibilités de financement des différents projets. Pour ceux requérant des montants inférieurs à 30000, les porteurs de projets bénéficieront des concours d’Attawfiq Micro-finance. Et pour les projets nécessitant des montant plus importants, les agences bancaires du groupe de la région apporteront les financements nécessaires.

 

20000 dirhams de soutien

 

Afin d’encourager les porteurs de projets, un jury composé d’experts issus de la région choisira les meilleurs projets pour chacun des 6 secteurs ciblés. «Le lauréat de chaque secteur recevra un chèque de 20000 dirhams de la part de la Fondation Banque Populaire en guise de soutien», a expliqué El Jamri.

 

Avec cette nouvelle initiative, le Groupe Banque populaire capitalise sur plus de 10 ans d’expériences à travers les programmes Jeunes promoteurs, Moukawalati et auto-emploi. Et c'est en apportant les corrections nécessaires à ces programmes que le Groupe a lancé cette nouvelle édition d’Appels à projets régionaux.

 

Parmi les nouveautés apportées, «il n’y a plus de limite d’âge ni de diplômes exigés au candidat. Ce qui permet de ratisser large et de ne pas négliger les porteurs de projets non diplômés», a expliqué El Jamri.

 

Dakhla après Laâyoune

 

Enfin, «en ce qui concerne le choix de Laâyoune Boujdour Sakia El Hamra, elle se justifie par le fait que le Groupe banque populaire, en tant qu’outil de développement régionale souhaite accompagner, à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte, les projets structurants qui ont été lancé dans les provinces du Sud», a expliqué le Président du directoire.

 

D’ailleurs, la seconde étape de cette nouvelle initiative du groupe Banque Populaire sera la région de Dakhla, illustrant le caractère prioritaire des Provinces du sud dans le sillage de la volonté du Roi d’impulser une nouvelle dynamique socio-économique à ces régions.

24/01/2016