Le site mauritanien d'information Sahara Media (privé) a mis en ligne mardi la vidéo d'un djihadiste français, Abdel Jelil, dans laquelle il met en garde la France, les États-Unis et l'ONU contre une intervention militaire dans le nord du Mali. Abdel Jelil, vêtu d'une tunique beige, d'un turban noir et portant une moustache et un bouc, apparaît devant un fond noir portant le sigle d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), un fusil-mitrailleur posé à ses côtés. La vidéo, visionnée par des journalistes de l'AFP, dure un peu plus de 11 minutes, au cours desquelles le djihadiste, qui s'exprime en français, tient des propos anti-occidentaux et anti-israéliens.

Selon le correspondant de Sahara Media dans le nord du Mali, elle a été tournée lundi. S'adressant aux présidents français, américain et à l'ONU, Abdel Jelil les met en garde contre une intervention militaire "au Sahel et plus particulièrement dans le nord du Mali" qui "ne sera encore que la cause (...) d'une catastrophe humaine et humanitaire". Il demande au "peuple français" de "s'opposer à toute agression qui ne serait pas dans son intérêt". Une intervention militaire ouest-africaine, soutenue par Paris, Washington et l'ONU, est en préparation pour évincer les groupes armés islamistes, dont Aqmi, qui occupent le nord du Mali où ils entendent appliquer la charia (loi islamique).

Se disant "d'origine française", Abdel Jelil affirme qu'il vit à Tombouctou (nord-ouest du Mali) depuis deux ans avec sa femme et ses cinq enfants. Fin septembre, le quotidien français Le Monde avait révélé que des Français avaient pour la première fois été identifiés dans les rangs d'Aqmi au Sahel. Une source sécuritaire malienne avait alors indiqué que l'un d'eux était un "djihadiste pur", mais que l'autre, "se présentant sous le nom d'Abdel Jelil et qui vit avec son épouse maghrébine et leurs enfants dans le nord du Mali", n'était pas un véritable djihadiste", mais qu'il avait "épousé" leur cause.

11/10/2012