Il n’y aura aucune évolution dans les négociations au sujet du dossier du Sahara marocain sans la reconnaissance du rôle direct de l’Algérie, a affirmé, mardi, la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mbarka Bouaida.

Le Maroc demeure attaché au processus onusien mais aussi à certaines demandes sans lesquelles on ne peut parler de négociation ou de facilitation de celle-ci, a souligné Mme Bouaida en réponse à une question orale sur les derniers développements concernant les efforts de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Parmi ces demandes, la ministre déléguée cite la nécessité de procéder à un recensement des séquestrés dans les camps de Tindouf et d’examiner leur situation ainsi que la reconnaissance du rôle direct de l’Algérie dans ce dossier, ce qui est très important car « sans cette reconnaissance, il ne peut y avoir malheureusement d’évolution dans les négociations ».

En dépit de tentatives de « perturbation », le Maroc a « de grands acquis » sur ce dossier, dans ses dimensions juridique et politique.

Et d’ajouter que SM le Roi Mohammed VI avait rappelé dans Son dernier discours que l’initiative d’autonomie est « le maximum que le Maroc puisse offrir ».

13/01/2016