Bouaida: La résolution du CS réaffirme la crédibilité et le sérieux de l'initiative d'autonomie, et salue les acquis du Maroc en matière des droits de l'Homme

Rabat - L'adoption, à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations Unies, de la résolution 2152, prorogeant d'un an le mandat de la Minurso, est venue confirmer la reconnaissance des quinze membres de cette instance internationale de la crédibilité et du sérieux de l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc, et saluer les acquis du Royaume en matière des droits de l'Homme, a indiqué la ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mbarka Bouaida.

Bouaida, qui était mardi soir l'invitée du JT de 2M, a affirmé que cette résolution vient également souligner la dimension régionale de ce conflit et relever la responsabilité directe de l'Algérie là-dessus, se réjouissant du fait que la résolution n'ait fait aucune mention de l'élargissement des prérogatives de la mission onusienne pour inclure la surveillance des droits humains au Sahara marocain.

La résolution 2152 porte en elle la reconnaissance du Conseil de sécurité que le Maroc a adopté, depuis plusieurs années, un processus sérieux et crédible en matière des droits de l'Homme, puisque le Royaume a hissé cette dimension au rang de choix stratégique dans son processus démocratique, a souligné la ministre.

Elle a, dans ce contexte, mis la lumière sur les acquis que le Maroc a accumulés dans ce domaine, citant en particulier le projet de réforme de la justice militaire, le renforcement des mécanismes du Conseil national des droits de l'Homme et de ses antennes régionales, le renforcement de la coordination entre le Conseil et le gouvernement, ainsi que l'ouverture du Maroc sur plusieurs procédures spéciales du Conseil des droits de l'Homme. Ces acquis et les efforts déployés par le Maroc dans ce domaine ont été salués et reconnus par la communauté internationale, a-t-elle poursuivi.

Mme. Bouaida a insisté, dans le même ordre d'idées, sur la nécessité d'oeuvrer pour maintenir inchangées les prérogatives de la Minurso, et de poursuivre le processus politique afin de parvenir à une solution au différend autour du Sahara, conformément à la résolution 2152.

Concernant les relations avec l'Algérie, la responsable a émis le voeu de voir ce pays revisiter sa politique bilatérale et régionale, d'autant que la dernière résolution du Conseil de sécurité reconnaît sa responsabilité dans ce différend, et l'appelle à oeuvrer pour faciliter l'organisation d'un recensement des populations des camps de Tindouf, afin de contribuer à la stabilité de la région du Sahel.

Le conflit du Sahara dit "occidental", rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l'Algérie qui finance et héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du Polisario.

Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale.

30/04/2014