Alger : Le président algérien a déclaré devant l’émissaire onusien, que l’Algérie ne s’opposerait pas à une intégration complète des sahraouis de Tindouf au Maroc.

Nous voulons la meilleur solution pour la question du Sahara, celle inventée il y a des années par feu le Roi Hassan II. 

 

Ainsi aurait déclaré le président algérien Abdelaziz Bouteflika, à l’adresse de l’envoyé personnel du secrétaire général des nations unies au Sahara, Christopher Ross, lors de l’audience qu’il lui a accordé à la résidence présidentielle à Alger. 

 

Selon l’hebdomadaire Ma Waraa Al Hadath, le président Bouteflika a appuyée devant Ross, que l’Algérie respecterait toute solution à condition qu’elle soit arrêtée, reconnue et scellée à l’ONU. 

 

«L’Algérie ne s’opposera pas à une intégration totale des sahraouis des camps de Tindouf  au Maroc, mais cela doit passer par l’ONU», a clamé selon la même source, Bouteflika qui a plaidé pour un referendum Hassanien au Sahara (référence à Hassan II), qui questionnera les scrutateurs sur les trois voies : L’union avec le Maroc, l’autonomie élargie, ou la séparation, et ce pour régler définitivement la question. 

 

Les affirmations du président algérien ont été reproduites par son ministre des affaires étrangères Mourad Medelci, lors d’un point de presse avec Ross, en allant répéter que l’Algérie n’interférait pas pour empêcher l’intégration des détenus de Tindouf au Maroc.

 

06/04/2013