Brazzaville : Le Maroc absent des Jeux Africains en raison de la tutelle de l'UA

Brazzaville : Le Maroc absent des Jeux Africains en raison de la tutelle de l'UA

50 ans après leur création, les Jeux Africains 2015 prennent date là où tout à commencé. Brazzaville, en République du Congo, accueillera du 4 au 19 septembre prochains, la XIIe édition des Jeux Africains. Grand absent de ces Jeux de 2015 qui célèbrent le cinquantième anniversaire de leur création en 1965 : le Maroc.
La dernière participation du royaume remonte en effet à la IIIe édition organisée en 1978 à Alger où le Maroc a été 5ème au classement des nations en raflant 26 médailles dont 7 en or, 8 en argent et onze en bronze. Le Maroc ne devrait pourtant pas participer à l'édition de Brazzaville comme l'indique le journal Jeune Afrique. Depuis 1978, pourquoi note-t-on l’absence du Royaume à cette compétition continentale multisports ? La réponse à cette question vaut tout son pesant d’or.
Une anomalie au niveau international que Rabat voudrait voir corriger
Au cœur du problème, la tutelle de l’Union Africaine (UA) dont le Maroc n’est plus membre depuis les années 1980. Petit plongeon dans l’histoire. 12 novembre 1984 à Addis-Abeba en Ethiopie. A l’ouverture du 20ème sommet de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), le Maroc claque la porte de l’organisation. Le Royaume protestait ainsi contre la reconnaissance de l'auto-proclamée "RASD" dont la délégation venait de faire son entrée. Et plus loin que cela la charte de l’UA stipule comme un de ses principes fondamentaux la conservation des frontières héritées de la colonisation. Un principe que rejette le Maroc depuis sorti de l’organisation africaine.
L'Association des comités nationaux olympiques d'Afrique (ACNOA), basée à Abuja, au Nigeria, dont le Maroc est pourtant membre, est sous la tutelle politique de l’UA. Une anomalie au niveau international que le Maroc qualifie de « cas unique dans le monde ». Pour Rabat, la règle qui doit être appliquée est celle qui prévaut dans toutes les instances sportives internationales ou transnationales. Pour éviter des pressions étatiques ou de lobbys et préserver l’indépendance décisionnelle, les instances sportives à l’image du Comité International Olympique (CIO), sont débarrassées de toute tutelle politique.
Le Maroc, non membre de l’UA, ne devrait donc pas participer à l’édition 2015 de ces Jeux. Mais l'autre anomalie qui fait grincer des dents à Rabat, c’est que ces olympiades sous tutelle de l'UA pourraient recevoir des compétiteurs de la « République Arabe Sahraouie (RASD) ». Impensable dès lors pour le Maroc de côtoyer des athlètes de la « RASD » non reconnue par l’ONU.