Après avoir révélé la présence de militaires du Polisario dans l’avion qui s’est crashé en avril dernier près de la base de Boufarik, le SG du FLN, Jamel Ould Abbes, a encore dévoilé que le Maroc était "dans le viseur" des manœuvres organisées par l'armée de son pays récemment à Oran.

 

Une nouvelle vérité sortie tout juste de la bouche de "celui qui parle trop": Jamal Ould Abbes. Prenant la parole à l’occasion de la journée internationale du vivre ensemble, célébrée hier mercredi 16 mai, le secrétaire général du FLN a encore une fois délivré son pli. «Les manœuvres militaires exécutées dernièrement par l’ANP dans l’ouest du pays sont un avertissement pour ceux qui ont pour cible l’unité du peuple et du territoire algérien».

Vous avez bien lu: le Maroc était bel et bien visé par les manoeuvres de l'ANP organisées le 6 mai courant à Oran, sous ce titre biblique "Toufane" (Déluge)! Ces manœuvres, tenues au lendemain de l'exercice maroco-américain d'envergure "African Lion 2018", trahissent plutôt le degré de panique chez une armée algérienne qui n'a jamais fait une seule guerre et dont l'effectif est constitué de soldats majoritairement inexpérimentés et peu professionnels! 

 

Mais passons, car là n'est pas la question. Rappelez-vous: le 10 avril dernier, le monde entier s'était réveillé sur l'un des crashs les plus coûteux en vies humaines durant les vingt dernières années. 257 passagers étaient en effet décédés dans le crash de l'avion de l'armée de l'air algérienne, près de la base de Boufarik, 35 km d'Alger, dont notamment des soldats du front Polisario!

 

Figurez-vous que cette vérité avait été dévoilée, par le même inénarrable SG du FLN, qui "à trop vouloir s'exprimer sur tout et s'imposer sur la scène politique, multiple les gaffes jusqu'à se substituer aux institutions du pays et de les mettre dans l'embarras sur des sujets hautement sensibles", reprochait un confrère algérien qui se pique d'"indépendance".

 

 

Par M'Hamed Hamrouch

17/05/2018