Deux ONG US interpellent la Communauté internationale au sujet du calvaire de Mustapha Salma et des populations séquestrées dans les camps de Tindouf

A l'occasion de la Journée mondiale pour les réfugiés, le Leadership Council for Human Rights (LCHR) et Teach the Children International (TCI) ont lancé, jeudi, un appel à la Communauté internationale sur la situation dramatique des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, au sud-ouest de l'Algérie, et attiré l'attention sur le calvaire qu'endure le militant sahraoui Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud.

«Nécessité de résoudre le conflit du Sahara, dans le but de barrer la route à un autre Etat en faillite dans la région qui est de nature à compromettre les intérêts des Etats-Unis et de l'Europe», Nancy Huff et Porter Cameron. (Photo : MAP)

 

«Nous tenons à dénoncer encore une fois la situation qui prévaut dans les camps de Tindouf, où sévissent le polisario et ses milices, ainsi que le calvaire qu'endure Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, qui a entamé une grève de la faim depuis plus d'un mois pour réclamer un droit fondamental, celui d'être avec sa famille dont il a été privé par les dirigeants des séparatistes», soulignent Kathryn Porter Cameron, présidente du LCHR, et Nancy Huff, présidente de TCI, dans un communiqué conjoint.

 

Mustapha Salma, «un ancien chef de la police du polisario avait été enlevé, détenu dans un lieu secret et torturé par le polisario pour avoir clamé son adhésion à un règlement pacifique à la question du Sahara sur la base du plan marocain d'autonomie», s'indignent-elles.

 

Le militant sahraoui observe depuis le 20 mai dernier une grève ouverte de la faim devant le siège du Haut-commissariat aux réfugiés à Nouakchott, pour revendiquer la régularisation de sa situation, notamment le droit de rejoindre sa famille et de disposer d'un passeport. Il avait été hospitalisé d'urgence, mardi dernier, suite à la détérioration de son état de santé.

 

«En tant qu'humanitaires, nous exhortons la Communauté internationale, le HCR et la Croix-Rouge et toutes les organisations des droits de l'Homme à soutenir le cas de Mustapha pour lui sauver la vie en tant que réfugié parmi tous les autres réfugiés qui n'ont pas de voix dans le monde. Ce jour n'est pas un jour pour célébrer, mais un jour pour commémorer les valeurs de liberté et de dignité humaine», conclut le communiqué du LCHR et de TCI. 

22/06/2013