Christopher Ross :"Polisario" est dans les circonstances les plus sombres de son existence et peut se glisser dans le terrorisme

La situation dans les camps de Tindouf est devenue ces derniers mois, totalement incontrôlable pour les dirigeants et les sécuritaires du Front Polisario qui ne trouvent plus de recettes pour calmer les esprits échaudés d’une population en effervescence.

De l’avis de l’émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, le chef du Polisario, Mohamed Abdelaziz et sa garde rapprochée ne contrôlent plus la situation dans les camps de réfugiés de Tindouf.

Ross a révélé ce constat lors d’une réunion tenue à huis-clos, en mars dernier à New-York, avec les ambassadeurs des pays membres du Groupe des amis du Sahara (USA, France, G-B, Espagne et Russie).

Ce qui a compliqué la tâche de la direction du Front, explique Ross, est la baisse drastique des aides humanitaires internationales en provenance des pays européens et surtout de l’Espagne en raison de la crise qui sévit en Europe.

Citant des documents et des déclarations qui ont fuité de la réunion de New-York, le journaliste et écrivain espagnol, Ignacio Cembrero, d’habitude très hostile au Maroc, rapporte sur les pages du quotidien «El Mundo», que les dirigeants du Polisario ont tout le mal du monde à calmer les esprits enflammés des habitants des camps qui parviennent difficilement à se remplir le ventre.

Citant les propres termes de Ross, le journaliste Cembrero qui avait été récemment forcé de démissionner du quotidien «El Pais» avant de rejoindre «El Mundo», précise que les choses se sont compliquées davantage depuis que l’armée et les gardes-frontières algériens ont resserré l’étau autour de la contrebande de carburants et de cigarettes entre l’Algérie et la Mauritanie. Ce trafic permettait à de nombreux trafiquants sahraouis de subvenir aux besoins quotidiens de leurs familles.

Aujourd’hui, ajoute le journaliste espagnol citant Ross, les réfugiés sahraouis ont perdu tout espoir en l’avenir et ne croient plus en les promesses de leurs dirigeants quand à l’approche d’un règlement du conflit du Sahara.

D’ailleurs, les informations provenant ces derniers temps des camps ne font que confirmer les violents mouvements insurrectionnels des jeunes sahraouis qui blâment Mohamed Abdelaziz et ses co-équipiers de les avoir projetés dans ce bourbier.

Pour une fois, ceux qui défendaient le Polisario et les partisans du séparatisme, Ross et Cembrero, nous crachent enfin la vérité toute crue sur ce qui se trame réellement dans ces camps perdus dans le désert algérien.

12/11/2014

Commentaires (2)

  • anon
    Ignacio Cembrero (non vérifié)

    Vous êtes des manipulateurs. Ross n'a jamais dit que le Polisario risquait de tomber dans le terrorisme. Faut faire du journalisme sérieux et lire les documents postés online. Et j'en profite pour dire que je ne suis pas hostile au Maroc.

    nov 13, 2014